Semaine Vétérinaire n° 1192 du 03/09/2005
 

À la une

Valérie Zanini

Il n'y a pas de secret. Pour gagner plus, les auxiliaires doivent développer leurs champs de compétences, accroître leur degré d'autonomie et de responsabilité.

La profession d'auxiliaire vétérinaire est assujettie à une convention collective qui attribue une rémunération minimale à chaque niveau de qualification (voir article en page 36). L'évolution salariale des auxiliaires passe donc notamment par leur formation. Plusieurs organismes sont susceptibles de remplir cette fonction. « Mais les titres qu'ils délivrent ne sont pas tous reconnus par la profession vétérinaire, ni par le ministère de l'Agriculture », prévient notre consœur Michèle Colin, responsable ingénierie du Gipsa*.

Le système officiel (contrat ou période de professionnalisation, contrat d'apprentissage régional) est en effet organisé selon des voies maîtrisées et contrôlées. Elles garantissent un niveau minimal de compétences. « Le Gipsa a pour vocation d'instaurer un centre de formation pour chaque grand bassin d'emploi**, ce qui permettra, à terme, d'assurer une couverture nationale. En outre, il coordonne l'ensemble de ces centres, ce qui garantit la valeur des titres dispensés », explique Michèle Colin. Cela concerne le titre d'auxiliaire vétérinaire (AV) et celui d'auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV). Ils sont délivrés à l'issue d'une formation par alternance. « Elle est liée à un contrat de travail, ce qui permet de réguler le nombre de personnes qualifiées par rapport à leur possibilité d'insertion professionnelle. Cela permet de réduire le risque de chômage. Ce dernier est actuellement faible (84 % des ASV diplômés par l'ex-CNFA ont un emploi) et provient essentiellement d'un manque de mobilité. »

Depuis mai dernier, les auxiliaires peuvent bénéficier des premiers contrats de professionnalisation (AV et ASV). En outre, le conseil régional d'Ile-de-France a donné son accord au Gipsa pour initier la formation des ASV dans le cadre des contrats d'apprentissage régionaux. Ils débuteront dès le 3 octobre prochain sur les sites de Juvisy, Poissy et Rambouillet (voir tableau en page 36).

  • * Le Gipsa, Groupement d'intérêt public formations santé animale et auxiliaires vétérinaires, est cogéré par le ministère de l'Agriculture et le Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral. Depuis le 21 avril dernier, date de sa création officielle, il remplace le Centre national de formation par alternance (CNFA).

  • ** Ile-de-France, Sud-Est, Sud-Ouest, Ouest, Nord et Est (selon les besoins définis par enquêtes).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...