Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 1618 du 01/02/2015
 

Fiche pratique

Élodie Goffart

Lorsque la contention manuelle de l’animal ne suffit pas pour effectuer l’examen, les soins ou les traitements dans de bonnes conditions, il est recommandé de recourir à du matériel dédié.

Au quotidien, la contention des animaux reçus en consultation est essentielle. Elle assure la sécurité du personnel de la clinique vétérinaire, du propriétaire, ainsi que de l’animal examiné. Une contention peut se faire naturellement, grâce aux seuls moyens humains qui consistent à tenir l’animal de manière adaptée, ou avec des aides et du matériel spécifiques.

LES AIDES À LA CONTENTION DU CHIEN

Les muselières de contention utilisées dans les cliniques vétérinaires diffèrent de celles employées par les maîtres-chiens. Ces dernières permettent à l’animal de haleter, voire de boire pour certaines. Au contraire, les muselières utilisées par le personnel vétérinaire ont pour objectif de fermer hermétiquement la gueule du chien afin d’éviter la morsure. Leur inconvénient est qu’il faut posséder toutes les tailles afin d’être en mesure de museler les chiens de toutes les races ! Ces muselières en nylon sont généralement proposées aussi à la vente : les propriétaires les achètent lorsqu’ils redoutent la morsure à la suite de soins douloureux ou d’actes désagréables (nettoyage et brossage des oreilles, par exemple). Pour les chiens brachycéphales, petits ou grands, il existe des muselières spécifiques.

La lacette, solution alternative à la muselière, se place sur le nez de l’animal en réalisant des nœuds particuliers. Elle présente un intérêt lorsque le vétérinaire intervient au domicile du propriétaire, car une seule lacette convient pour toutes les tailles de chien. Cependant, elle peut se révéler difficile à positionner chez un animal peu coopératif et agressif d’emblée, car elle nécessite de s’approcher au plus près du museau.

L’anneau scellé dans le sol est large et fixé à terre. La laisse du chien récalcitrant y est passée. Le fait de tirer sur celle-ci rapproche la tête de l’animal du sol. Il est alors possible de réaliser, par exemple, une injection de vaccin ou de tranquillisant. Cette méthode est utilisée dans les cas extrêmes où il est impossible, au vétérinaire comme au propriétaire, de museler l’animal.

Le lasso est composé d’un manche rigide avec une boucle et un nœud coulant à l’une des extrémités. Il permet d’attraper un animal agressif qui essaie de mordre. Lorsque la boucle est passée autour du cou, le nœud est resserré afin de tenir la tête du chien éloignée et de réaliser le traitement (injection) sans danger. Il est impossible d’effectuer des soins avec cette méthode de contention. En outre, elle paraît choquante, voire barbare, aux yeux de certaines personnes. Il est donc préférable, si possible, de faire sortir préalablement le propriétaire.

LES AIDES À LA CONTENTION DU CHAT

Même s’il est plus petit que le chien, le chat est un animal beaucoup plus difficile à tenir. Il est en effet armé, en plus de ses dents dont les morsures sont redoutées (à raison), de quatre pattes munies de griffes dont les blessures sont délabrantes.

Les gants de protection, en tissu doublé de cotte de maille, permettent de se protéger des griffades lors de la manipulation du chat, mais pas des morsures.

Les manchettes de protection recouvrent, selon les modèles, seulement la main ou la totalité de l’avant-bras. En cuir doublé de kevlar, elles protègent normalement des griffades et des morsures.

Le sac de contention, en nylon, existe dans plusieurs formats adaptés à toutes les tailles de chat. Il est généralement assez facile d’y placer l’animal, même peu coopératif. La fermeture rapide par bande autoagrippante permet à une personne seule de confiner le chat dans le sac. Ensuite, différentes fermetures à glissière autorisent l’accès aux membres antérieurs et postérieurs. Des trous sont également disposés au niveau des lombaires. L’opérateur peut alors réaliser une prise de sang, un pansement ou une injection en toute sécurité. Certains propriétaires, ayant vu leur animal dans le sac, souhaitent l’acquérir pour leur propre usage, pour lui administrer le vermifuge sans se faire griffer, par exemple.

La muselière pour chat existe en deux tailles. Elle évite les morsures lors de la manipulation. Elle est placée seule ou chez un félin déjà à l’intérieur du sac de contention. Elle ressemble aux muselières pour chien brachycéphale.

La cage de contention sert pour les animaux non manipulables, qu’il est donc impossible de placer dans le sac, même avec l’aide de leur propriétaire. Elle permet, grâce à ses parois mobiles, de coincer le félin sur un côté afin de réaliser des injections de vaccins ou d’anesthésiques. Cet engin est parfois mal perçu par les personnes, qui ne se rendent pas compte de la dangerosité de leur chat pour le personnel des cliniques vétérinaires. Il est même comparé par certains à un véritable “instrument de torture” ! Il est donc toujours utile d’expliquer son fonctionnement et la raison de son recours.

La pince de capture permet d’attraper un chat sauvage ou non socialisé qui se serait échappé. Elle se place sur le cou de l’animal afin de le soulever pour le placer dans une boîte de transport ou une cage de contention.

Les ouvertures du sac de contention prévoient l’accès aux membres de l’animal.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité