Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 1614 du 01/01/2015

Infos

VŒUX DE L’OIE

Marine Neveux

Bernard Vallat, directeur de l’OIE, a présenté ses vœux le 8 janvier dernier, à Paris. L’occasion pour lui d’aborder les menaces sanitaires en santé animale.

L’année 2014 a vu surgir de nouvelles menaces sanitaires, comme en témoigne l’épidémie meurtrière d’Ebola. Ce 8 janvier 2015, Bernard Vallat a rappellé l’importance du soutien aux services vétérinaires pour assurer une vigilance efficace et la surveillance de la faune sauvage. L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) se charge aussi de la coordination des systèmes de santé publique et animale.

→ Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) est une maladie émergente. Des cas ont été notifiés par quatre pays du Moyen-Orient en 2014.

→ La grippe aviaire a été très médiatisée en 2004, avec des conséquences économiques importantes pour les filières.

Le virus H5N8 est véhiculé par des oiseaux migrateurs issus d’Asie, lesquels le transmettent à des animaux domestiques. « Nos éleveurs savent maintenant prendre des mesures de biosécurité, ce qui permet de juguler rapidement le problème grâce à un réseau de surveillance vétérinaire », a indiqué Bernard Vallat.

→ De nombreux cas de peste porcine africaine ont été rapportés en 2014 en Europe de l’Est et dans les pays frontaliers. La maladie est très contagieuse. Le virus se conserve même dans le jambon salé pendant plusieurs mois. Il est difficile de contrôler les mouvements des sangliers sauvages, et « il faut donc s’attendre à ce que le virus vienne en Europe par les forêts ». Une collaboration est mise en œuvre avec les chasseurs et les gardes forestiers pour limiter l’extension de l’infection. Il est recommandé de prévenir les contacts entre les élevages et les sangliers sauvages.

→ La diarrhée épidémique porcine sévit en Amérique et en Afrique, avec de nombreux cas décrits. C’est une souche très virulente.

→ La fièvre aphteuse présente en Afrique du Nord est une maladie qui « entraîne des conséquences économiques importantes et peut ruiner une économie rurale », a expliqué Bernard Vallat. Une stratégie est définie, qui inclut l’intervention des comités régionaux et la gestion des banques de vaccins. « C’est une de nos préoccupations majeures pour préserver nos filières. »

Le bien-être animal en exergue

Bernard Vallat a souligné l’importance du concept One Health, avec trois priorités : les grippes zoonotiques, la résistance aux antimicrobiens et le contrôle mondial de la rage canine.

La lutte contre l’antibiorésistance est l’un des axes de la collaboration entre l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’OIE et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et de rappeler que plus de 100 pays dans le monde ne possèdent pas de législation et utilisent les antibiotiques comme des produits banaux.

Bernard Vallat s’est aussi exprimé sur le bien-être animal, dont l’importance grandit pour les citoyens à travers le monde : « Il s’agit d’une exigence sociétale de plus en plus grande, qui a un impact sur l’économie et sur le comportement des consommateurs. »

Réduction des menaces biologiques

Le 30 juin prochain aura lieu le premier meeting à Paris sur la réduction des menaces biologiques, en collaboration avec les services de sécurité et de santé publique. Bernard Vallat a précisé que « 80 % des agents pathogènes utilisés par le bioterrorisme sont zoonotiques ». L’usage de la peste bovine au xvie siècle est un exemple de bioterrorisme : les troupes ennemies faisaient franchir le front à une vache infestée pour contaminer les bœufs qui portaient les canons… Le virus de la peste bovine a aussi été utilisé pour coloniser des pays d’Afrique en minant leur économie.

De gauche à droite : Brian Evans, adjoint au directeur général de l’OIE, Bernard Vallat, directeur, Catherine Bertrand-Ferrandis, responsable de la cellule de communication.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK