Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 1614 du 01/01/2015
 

Fiche pratique

Anne Barbier

L’exploration avant vêlage fait partie des gestes “infirmiers” couramment pratiqués par les éleveurs. Les conditions d’hygiène dans lesquelles elle est réalisée conditionnent la fécondité ultérieure de la vache, car la contamination microbienne des voies génitales est à l’origine de métrites.

L’exploration vaginale ou “fouille” avant le vêlage vise à vérifier que la mise bas se déroule normalement, mais n’implique pas nécessairement de l’accélérer. Elle ne doit pas s’improviser, et n’est ni précipitée ni systématique.

COMMENT SE PRÉPARER ?

→ Le matériel. L’éleveur doit avoir à disposition a minima des gants, du gel lubrifiant, du savon antiseptique et un seau d’eau tiède. Idéalement s’ajoutent à la liste du papier absorbant, une casaque de vêlage, ainsi que le matériel de vêlage proprement dit (des lacs désinfectés, une vêleuse) et celui nécessaire à une éventuelle réanimation du veau.

→ La vache. La femelle prête à vêler est attachée dans le box de vêlage, bien paillé et nettoyé, puis désinfecté après la mise bas précédente. Pour travailler en sécurité et prévenir les déplacements latéraux de l’animal, une barrière de contention se révèle utile. Les bovins sont de nature grégaire. Il convient d’éviter d’isoler la vache, qui sera moins stressée à proximité de ses congénères. La fouille et, ultérieurement, la pose des lacs sur le veau sont plus faciles si la femelle reste debout. La queue est attachée ou, mieux, confiée à un aide. La région vulvaire est nettoyée au savon. Si le périnée est souillé, il est possible de retirer préalablement la majeure partie des fèces avec du papier absorbant ou un bouchon de paille. Attention, si la vache défèque avant ou pendant la fouille, il importe évidemment de recommencer le nettoyage et de changer de gants.

→ L’opérateur. L’éleveur porte des gants à manchette longue prévus à cet effet. Sinon, il se lave les mains et les avant-bras avec un savon antiseptique.

COMMENT SE DÉROULE LA MISE BAS ?

La mise bas chez la vache est naturellement assez longue et suit deux phases.

→ La première se déroule depuis le début des contractions utérines jusqu’à la dilatation complète du col (4 à 24 heures). La vache cesse de s’alimenter, le col de l’utérus se ramollit et se dilate, l’utérus se contracte régulièrement, le fœtus adopte sa position de sortie, la première poche des eaux (transparente, avec des vaisseaux sanguins) apparaît à la vulve et peut même déjà se rompre. Cette phase dure plus longtemps chez les génisses que chez les multipares.

→ La seconde étape suit, depuis la dilatation complète du col jusqu’à l’expulsion du veau (30 minutes à 3 heures). Les contractions sont de plus en plus fortes et rapprochées. Le veau s’engage dans le bassin, la première poche des eaux se perce, la vache se couche et pousse. La seconde poche des eaux (grisâtre et non vascularisée) se rompt également dans la majorité des cas, et le veau est expulsé.

Il convient d’intervenir – ou d’appeler le vétérinaire ! – si le vêlage est anormalement long, s’il ne semble pas progresser malgré les efforts expulsifs de la femelle ou, au contraire, si elle n’a plus de contractions.

QUE RECHERCHER ?

La fouille avant le vêlage a plusieurs objectifs.

→ Mesurer la dilatation du col. L’opérateur estime l’ouverture du col de l’utérus, plus lente pour les génisses. S’il ne passe que trois doigts, le vêlage n’est pas immédiat et n’aura pas lieu avant 5 heures. Une dilatation de 8 à 12 cm indique un vêlage dans les 2 à 8 heures. Si une main d’homme passe, celui-ci est proche (1 à 5 heures).

→ Détecter une éventuelle torsion de matrice. Lors de torsion, la main ne peut pas progresser et elle est déviée vers la gauche ou la droite.

→ Évaluer l’état du veau. La fouille permet de déterminer la présentation, la taille, la position et la vitalité du veau, voire le nombre d’animaux à naître. En présentation antérieure normale, la plus courante, l’éleveur sent ou voit deux pattes et une tête au-dessus des onglons. En présentation postérieure, il trouve deux pattes et une queue, cette fois, toujours au-dessus des onglons. Il ne faut rien entreprendre avant d’avoir trouvé la tête ou la queue.

→ Choisir une stratégie obstétricale lors de dystocie. L’éleveur décide de tirer le veau ou d’appeler le vétérinaire, après avoir identifié la cause de la dystocie, et en tenant compte de son expérience propre et des limites de la technique choisie. L’intervention du vétérinaire est nettement préférable, tant pour le veau que pour la mère, à une extraction musclée.

La mise bas est assez longue chez les bovins et s’achève par l’expulsion du veau.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...