Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 1593 du 01/07/2014
 

Fiche pratique

ÉLODIE GOFFART

Apparue en France en 2002, l’identification électroniquese généralise au détriment du tatouage. En effet, elle présente de nombreux avantages par rapport à cette technique traditionnelle.

Répandue dans tous les pays où les carnivores domestiques font “partie de la famille”, l’identification électronique est une technique rapide, fiable et presque infalsifiable d’identification des animaux. Elle consiste à introduire sous la peau une puce électronique (transpondeur), de la taille d’un grain de riz, qui contient un numéro à 15 chiffres, unique et universel.

Le vétérinaire, grâce au fichier informatisé national, enregistre ensuite plusieurs informations, par courrier ou en ligne. Concernant l’animal, il s’agit :

→ du nom de naissance : pour un individu de race, il s’agit du nom donné par l’éleveur associé à celui de l’affixe de l’élevage (« Éclipse des Anges de Beausoleil », par exemple) ;

→ du nom d’usage, utilisé par le propriétaire au quotidien (« Eliott » dans l’exemple précédent) ;

→ de la date de naissance ;

→ de la race ;

→ de la robe et la longueur du poil.

Les informations sur le propriétaire, qu’il soit un particulier ou un professionnel (éleveur), sont le nom, le prénom, l’adresse, le numéro de téléphone, éventuellement l’adresse e-mail.

Grâce au numéro de puce, il est également possible de connaître la date d’identification de l’animal, ainsi que le vétérinaire qui l’a effectuée.

UNE BONNE CONTENTION

L’identification par puce électronique, contrairement au tatouage, se réalise sans anesthésie. Il s’agit d’une “grosse piqûre” dans le cou de l’animal, afin d’introduire sous la peau le corps étranger qu’est le transpondeur. Néanmoins, ce n’est pas sans danger, car l’objet est placé dans la gouttière jugulaire. Il convient d’être prudent et de ne pas l’implanter dans la veine jugulaire. Ce serait fatal pour l’animal.

Une bonne contention se révèle donc indispensable. Bien réalisée par le personnel soignant, elle doit être ni trop ferme (pour prendre facilement un pli de peau) ni trop lâche (pour éviter que l’animal ne bouge au moment de la piqûre).

Concernant l’espèce féline, il est relativement aisé d’identifier des chats de race. Par essence plus calmes, car manipulés dès le plus jeune âge, ils sont généralement assez coopératifs. En revanche, l’opération est plus délicate chez les chats européens. Si l’animal est peu socialisé, cela peut vite tourner au pugilat ! En outre, le chat est une espèce qui instrumentalise rapidement (c’est-à-dire qui associe facilement un événement désagréable aux circonstances qui l’ont entouré). Une mauvaise expérience lors de l’identification risque de rendre difficiles les consultations ultérieures. C’est pourquoi les vétérinaires préfèrent identifier le chat lors de la stérilisation. Ils profitent alors de l’anesthésie pour implanter la puce en toute sérénité, sans que l’animal puisse s’en souvenir !

LES DIFFÉRENCES ENTRE PAYS

L’identification électronique est utilisée dans la plupart des pays européens, ainsi qu’aux États-Unis. Les trois premiers chiffres du numéro d’identification correspondent au pays où a été “pucé” l’animal (250 pour la France).

Le site d’implantation du transpondeur est variable. Dans la plupart des pays européens, la puce est placée sous la peau, dans la région de la gouttière jugulaire gauche (mais parfois à droite). Dans les pays anglo-saxons, elle est implantée dans la région interscapulaire. C’est pourquoi il est important, lorsqu’un animal perdu est amené au cabinet, de bien passer le détecteur de puce autour de son cou.

EN CAS D’IMPORTATION

Si l’animal a été identifié dans un pays étranger, il est essentiel d’informer son propriétaire des démarches à accomplir pour l’enregistrer sur le fichier français. Sinon, en cas de perte, la personne qui trouvera l’animal saura qu’il est identifié, mais n’aura accès à aucune information sur le propriétaire et ne pourra donc le lui rendre.

Pour cela, le vétérinaire complète un « certificat provisoire d’identification lors d’importation ou d’échanges intracommunautaires ». Accompagné des autres docu­ments demandés (qui varient selon les pays), ainsi que d’un chèque de 9,20 €, cet écrit est adressé à l’I-CAD (fichier national d’identification des carnivores domestiques), qui renverra au propriétaire une carte d’identification française.

En France, la puce électronique est implantée dans la gouttière jugulaire gauche.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...