Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 1590 du 01/06/2014
 

Forum

UN MESSAGE, UN POINT DE VUE, UNE RÉACTION ? PRENEZ LA PAROLE SUR ASV@lePOINTVETERINAIRE.FR.

Un chiot doit s’habituer tôt aux soins d’hygiène

Blandine Soulay, ASV dans les Yvelines.

Nos clients ont évolué : ils écoutent et mettent en pratique plus souvent mes conseils d’hygiène. Chez le chiot, je recommande de démarrer très tôt le brossage des dents, à l’aide d’une brosse à dents, ou d’un doigtier. Je préconise également l’utilisation de produits spécifiques et de lamelles à mâcher et je m’assure que son alimentation est adaptée à sa croissance. Les yeux sont à nettoyer régulièrement avec une compresse imprégnée d’un sérum oculaire. Si le chiot secoue les oreilles, je conseille de les lui nettoyer avant de consulter : instiller le produit d’hygiène auriculaire, masser le conduit auditif et, à l’aide d’un coton, retirer seulement l’excédent. L’animal fera le reste en agitant la tête. Il est indispensable d’habituer un jeune animal à être manipulé afin qu’il accepte ces soins d’hygiène, en le récompensant si nécessaire. Cela fait partie de son éducation. Selon la race, je préconise un brossage quotidien, qui permet aussi au propriétaire d’inspecter la peau (puces, pellicules, etc.).

Chez le chien adulte, j’insiste sur l’hygiène buccale, en proposant si nécessaire un rendez-vous en vue d’un détartrage. Nous avons d’ailleurs comme client un dentiste consciencieux, qui nous fait détartrer ses six setters anglais tous les huit mois (cette fréquence n’étant pas forcément utile) !

Les soins réguliers permettent de contrôler l’état de santé

Juliette Mesnard, AV en 2e année de formation ASV.

Le premier conseil est de commencer l’hygiène corporelle le plus tôt possible, pour favoriser la socialisation de son animal. Il faut procéder progressivement et avec douceur. L’animal doit percevoir ces gestes comme un moment de complicité privilégié. Le brossage, par exemple, est quotidien chez le chien comme chez le chat à poils longs pour éviter les bourres de poils et la tonte. Pour les autres, un brossage par semaine ou tous les 15 jours suffit à éliminer les salissures et les poils morts. Les races qui ont des poils au-dessus des yeux sont sujettes aux irritations oculaires. Celles brachycéphales ont souvent des canaux lacrymaux coudés, ce qui favorise le larmoiement. Je conseille donc, dans ce cas, un nettoyage quotidien avec un produit d’hygiène oculaire adapté. Concernant l’hygiène dentaire, il faut éviter le développement du tartre et de la gingivite. Aussi suis-je attentive aux chiens de petite race, particulièrement prédisposés à cette affection. Chez les chiens aux oreilles tombantes et à la pilosité importante, je recommande un nettoyage auriculaire hebdomadaire.

Ces manipulations permettent de vérifier l’état de santé de l’animal. De nos jours, les clients prennent souvent l’initiative de demander conseil dès qu’ils constatent un problème d’hygiène chez leur animal.

Je forme les clients aux bons gestes d’hygiène

Alice Thoumyre, ASV dans les Yvelines.

Pour les chiots et les chatons, nous proposons un “programme pédiatrique” au cours duquel sont délivrés tous les conseils nécessaires à une bonne hygiène préventive, notamment selon les prédispositions raciales (hygiène dentaire pour les petites races canines, des plis de peau pour les brachycéphales de type bouledogue). Lors de la première consultation, je remets au client un document récapitulatif. Je participe aux rendez-vous avec le vétérinaire. Concernant l’hygiène des oreilles, par exemple, j’indique au client la fréquence, je nettoie une oreille en démonstration et je demande au propriétaire de reproduire le geste. Je lui propose ensuite le produit adapté.

Beaucoup de clients ne voient pas a priori l’intérêt de l’hygiène (« Mon animal se nettoie lui-même naturellement »). Toutefois, ils prennent en général conscience de l’importance de cette prévention après la première complication (otite aiguë, gingivite, etc.). Ainsi, après un premier détartrage, je donne aux clients des échantillons (lamelles dentaires et solutions buvables). Cela fonctionne bien, car ceux-ci souhaitent à l’avenir éviter les détartrages répétitifs (en raison du coût et du risque anesthésique).

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité