Semaine Vétérinaire_Supplément Mensuel n° 102 du 26/09/2016
 

MÉDECINE PRÉVENTIVE

ACTU

VALENTINE CHAMARD  

Inspirées des écoles du chiot, les rabbit schools émergent en France au sein du réseau RevelNAC. Au programme : besoins physiologiques des lapins, comportement, hygiène, alliant théorie et exercices pratiques.

Si les propriétaires de chiots et de chatons viennent pour les premières consultations avec de nombreuses questions, ils ont aussi des pistes de réponses, et connaissent déjà l’importance d’une bonne alimentation, des antiparasitaires, etc. Pour les nouveaux animaux de compagnie (NAC), c’est tout l’inverse !, constate Adeline Linsart, praticienne exclusive NAC au centre hospitalier vétérinaire (CHV) Saint-Martin-Bellevue (Haute-Savoie). Quand par chance l’animal est amené en consultation de médecine préventive, les propriétaires ont, en général, peu de notions sur les besoins de leur animal. Ils sont alors inondés d’informations pendant la consultation, ce qui ne permet pas une bonne assimilation, même à l’aide de brochures de l’association RevelNAC 1 ou du site internet Marguerite et C ie 2 , vers lequel nous les renvoyons. » Souhaitant apporter une aide à ces clients et mettre en avant le rôle de prescripteur du vétérinaire, le réseau RevelNAC a eu l’idée de créer une rabbit school, sur le modèle des désormais classiques écoles du chiot. Le CHV Saint-Martin a ainsi servi de site d’essai en 2015. Adeline Linsart a conçu le contenu de ces sessions et y invite ses clients depuis un an. Trois séances, gratuites et réservées à la clientèle du CHV possédant un lapin de moins de 3 ans, sont ainsi proposées dans l’année, avec un thème différent. Fort de cette première expérience, le réseau étend cette offre : la clinique Caduvet de Lille (Nord) a mené ses propres séances en juin 2016, avec un accueil positif des propriétaires. En septembre 2016, d’autres confrères membres du réseau poursuivront la diffusion de ces informations.

Alimentation, soins et comportement

La première réunion est dédiée à l’alimentation, source de nombreuses erreurs et maladies chez le lapin. L’accent est mis sur les cas pratiques. « La veille de la séance, j’achète les légumes couramment vendus en grande surface. Après leur avoir présenté les besoins nutritionnels du lapin, j’invite les propriétaires à composer eux-mêmes un repas type. Cette étape est fondamentale, car même avec les explications préalables, des erreurs sont encore commises, comme donner une carotte entière ou pas assez de foin, qui doit rester la base de l’alimentation. » La deuxième séance est consacrée à l’entretien et aux soins. L’occasion de parler vaccination et vermifugation, mais aussi d’expliquer les gestes pratiqués pendant une consultation vétérinaire. Les clients sont invités à venir à cette réunion avec leur animal. Ils peuvent ainsi apprendre la contention à l’aide d’une serviette, couper les griffes eux-mêmes, examiner la bouche et les oreilles avec l’otoscope et le vidéo-endoscope – « très apprécié ! » –, effectuer un brossage. La troisième réunion porte sur l’éducation et le comportement. Il est ainsi rappelé le caractère territorial du lapin et son attitude vis-à-vis des congénères. « La vie en semi-liberté y est valorisée, avec un accès à l’extérieur. » Des conseils concernant la propreté sont également dispensés. « Le rôle du vétérinaire est aussi d’expliquer pourquoi le lapin a une tendance à la destruction, pour que le propriétaire soit plus tolérant. De même, les phénomènes d’agressivité passagère, liée à l’augmentation des hormones sexuelles, sont expliqués », témoigne notre consœur.

1 Réseau des vétérinaires d’exercice libéral en nouveaux animaux de compagnie.

Voir La Semaine Vétérinaire n° 1680 du 24/6/2016, page 23.

2 Voir La Semaine Vétérinaire n° 1660 du 5/2/2016, page 19.

Les séances, gratuites, sont destinées aux propriétaires de lapins de moins de 3 ans, pour rester dans un contexte de médecine préventive.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...