Semaine Vétérinaire n° 1537 du 26/04/2013

LE DOCUMENTAIRE

Évasions

MICHEL BERTROU

Il a fallu sept ans à Manuela Frésil pour réaliser Entrée du personnel. Le documentaire dénonce les dures conditions de travail des salariés des grands abattoirs industriels. Après s’être interrogée dans Si Loin des bêtes (2003) sur l’industrialisation de l’élevage porcin, la réalisatrice s’est logiquement tournée vers les centres d’abattage de masse. Mais alors qu’elle pensait y questionner la condition animale, son enquête l’a vite réorientée vers la souffrance du personnel. Si, depuis Les Temps modernes (Chaplin), l’inhumanité de la chaîne a maintes fois été dénoncée au cinéma, ce film souligne une évidence déniée : l’abattoir est une usine comme les autres, peut-être plus terrible, car tout y concourt à ne rien penser de ce que l’on voit. La pertinence du propos tient dans la mise en résonance du démembrement des animaux avec celui des opérateurs.

Pour être autorisée à tourner dans ces complexes agro-alimentaires tout en permettant aux ouvriers de s’exprimer (sans se compromettre), la documentariste a imaginé un dispositif qui combine deux récits distincts. Tandis que l’on découvre à l’image les ges­tes infiniment répétés des ateliers de transformation, on entend en contrepoint les récits douloureux des salariés. En maintenant ainsi hors champ la souffrance humaine et animale, le film, subtilement, en accuse la présence et le lien.

Entrée du personnel de Manuel Frésil, 59 minutes, Grand prix compétition nationale 2011 du FID-Marseille, sortie nationale le 1er mai 2013.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK