Semaine Vétérinaire n° 1536 du 19/04/2013

Pyodermites

Actu

SANTÉ ANIMALE

Hélène Rose

L’usage raisonné des antibiotiques lors de pyodermites était au cœur d’un symposium organisé par Sogeval, le 4 avril. Les intervenants ont rappelé qu’un examen cytologique cutané est nécessaire pour confirmer la présence d’une affection bactérienne. Chez le chat, la prévalence des pyodermites serait de 20 % en référé1. Un antibiogramme est recommandé en présence de bacilles ou si l’affection ne répond pas à un premier traitement bien mené, même si sa valeur prédictive n’est pas quantifiable.

Identifier les résistances

Notre confrère Dominique Hé­ri­pret a précisé que les propriétaires doivent être informés lorsqu’un Staphylococcus pseudintermedius résistant à la méthicilline est isolé : le portage humain est fréquent et transitoire, mais il peut entraîner des répercussions chez les personnes immunodéprimées. Face à une résistance à la pénicilline, la recherche de PLP2 (l’une des protéines de liaison aux pénicillines) permet d’iden­tifier des bactéries qui possèdent des Β-lactamases à spectre étendu (BLSE). De plus, si une résistance à l’acide na­lidixique est présente, il est inutile d’utiliser les fluoroquinolones. L’usage complémentaire de shampoings aide à restaurer la qualité de la peau et à limiter les récidives. En outre, la flore cutanée serait plus variée que ce qui était admis jusqu’à présent2.

1 H.W. Yu : « Feline superficial pyoderma : a retrospective study of 52 cases (2001-2011) », Vet. Dermatol . 2012 ; 23 : 448-455.

2 J.S. Weese : « The canine and feline skin microbiome in health and disease »,Vet. Dermatol . 2013 ; 24 : 137-145.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK