Semaine Vétérinaire n° 1534 du 05/04/2013

Formation

LU POUR VOUS

PHILIPPE ZELTZMAN

Le chylothorax idiopathique a la réputation d’être associé à un pronostic réservé. Pourtant, les auteurs de cette étude1, portant sur onze chiens, rapportent une durée de survie de cinq ans chez huit d’entre eux.

L’âge médian des animaux est de quatre ans et demi, avec un poids médian de 25 kg. Tous présentent une léthargie, un appétit réduit et une dyspnée, avec des sons pulmonaires réduits et un épanchement thoracique.

Le traitement chirurgical consiste en la ligature du canal thoracique et en une péricardectomie partielle. En outre, une épiploïsation thoracique est réalisée chez huit chiens. Un shunt pleuro-péritonéal, destiné à drainer le liquide d’effusion depuis le thorax vers l’abdomen, est mis en place chez deux chiens. Une pleurodèse mécanique est entreprise chez un autre. Certains animaux, qui présentent une torsion ou une fibrose du poumon, subissent une lobectomie pulmonaire.

L’histopathologie indique une péricardite chronique chez les onze chiens. L’intervention chirurgicale permet une disparition complète des symptômes chez huit d’entre eux, suivis pendant cinq ans (même si les clichés radiographiques du thorax montrent un épanchement pleural faible). Trois chiens présentent une récidive du chylothorax (sept, neuf et vingt-trois mois après l’opération).

  • 1 C. Adrega da Silva et E. Monnet : « Long-term outcome of dogs treated surgically for idiopathic chylothorax : 11 cases (1995-2009) ». Javma 2011, vol . 239, n° 1, pp. 107-113.

Chylothorax et torsion du lobe pulmonaire droit chez un lévrier barzoï de cinq ans.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK