Semaine Vétérinaire n° 1534 du 05/04/2013

Génétique

Actu

SANTÉ ANIMALE

Marine Neveux

Un appel est lancé aux éleveurs et à la filière pour recenser les cas d’anomalies équines. L’objet de ce recrutement, initié par le département “recherche et innovation” de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), est la constitution d’une base de données dans le cadre de l’Observatoire des anomalies équines, afin de recenser les phénotypes rencontrés. Cet observatoire avait été créé en 2008 sur une demande de Gérard Guérin (Inra de Jouy-en-Josas) aux Haras nationaux, à la suite des difficultés qu’il rencontrait concernant la collecte des cas.

La phase de recueil a commencé

Un questionnaire peut ainsi être renseigné en ligne sur le site de l’IFCE. Il garantit la confidentialité des données. L’institut reconnaît que le nom­bre d’anomalies génétiques identifiées chez le cheval est bien inférieur à celui d’autres espèces, par exemple le chien.

Pour le moment, la phase de collecte est en route, et seul l’IFCE s’occupe de la création de la base de données. Les cen­tres expérimentaux (station de Chamberet et Inra de Nouzilly) y participent quand ils ont des cas à faire recenser. Dans un second temps, une phase de travail sera lancée avec l’équipe de l’Inra qui a en charge la génétique moléculaire des équidés.

Le dépouillement des informations récoltées s’effectue au jour le jour. Ainsi, les éleveurs, les vétérinaires, les cavaliers, etc. qui participent à la création de la base vont recevoir, deux fois par an, un état des lieux des données collectées (nombre de fiches, types d’équidés et d’anomalies).

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK