Semaine Vétérinaire n° 1534 du 05/04/2013
 

Éditorial

Valentine Chamard

chef de rubrique animaux de compagnie

Détecter un marqueur tumoral, avant même l’apparition des symptômes, à partir d’une simple goutte de sang, et grâce à un laboratoire portatif. Délivrer un agent cytotoxique intact au sein de la cellule cancéreuse, et uniquement elle, en contournant tout phénomène de chimiorésistance. Décupler l’effet de la radiothérapie sur les tissus cancéreux, en préservant les organes sains. Visualiser une tumeur par IRM ou échographie et la traiter simultanément avec ces mêmes outils diagnostiques. Mettre au point un vaccin universel contre la grippe. Déliter les plaques d’athérome par une simple injection. Faire de l’antibiorésistance un mauvais souvenir. Voici quelques espoirs permis par les nanotechnologies appliquées à la médecine. Parce qu’ils possèdent des propriétés uniques, élaborées sur mesure par la main de l’homme, les nanomédicaments font l’objet d’une recherche intense, en cancérologie particulièrement. Ils apportent des modes de traitement inédits et ouvrent la voie à la médecine personnalisée.

Que de bons côtés, donc ? Il est encore trop tôt pour le dire. Seuls quelques nanomédicaments sont déjà sur le marché, et seulement depuis peu de temps. S’ils sont soumis aux mêmes contraintes réglementaires que les molécules classiques et si les recherches sont axées sur des particules biocompatibles et biodégradables, des voix s’élèvent contre les nanotechnologies au sens large, notamment parce que les connaissances sur leur toxicité sont parcellaires, mais qu’elles sont connues pour réagir avec leur environnement… en l’absence de réglementation spécifique. Il y a six ans déjà, l’Académie de médecine recommandait de « rapidement combler ces lacunes, afin d’éviter deux éventualités contradictoires : [d’un côté] voir apparaître un jour un effet adverse imprévu et grave [et de l’autre] amener, par précaution administrative, les autorités responsables à imposer un moratoire à la poursuite du développement de ces applications des nanosciences. La France ne peut se permettre de prendre dans ce domaine un retard dont les conséquences économiques et sociales seraient désastreuses (recherche fondamentale, brevets, emplois, etc.). Mais en attendant, il est urgent d’organiser la mise en place d’une veille sanitaire adéquate. » Pour que les nanotechnologies ne suivent pas la voie de l’amiante…

  • Voir aussi notre dossier en pages 26 à 30 de ce numéro.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...