Semaine Vétérinaire n° 1534 du 05/04/2013
 

Entre nous

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

Éric Vandaële

Peut-on freiner la vente des médicaments vétérinaires sur Internet ? À l’évidence, les confrères interrogés sur notre site WK-Vet.fr ne le croient pas vraiment et semblent s’y résigner. Ils sont moins de 10 % à penser que le commerce électronique des médicaments vétérinaires n’augmentera pas à l’avenir à partir des sites des ayants droit basés en France (pharmaciens, vétérinaires ou groupements). Pourtant, comme 90 % des pharmaciens et les trois quarts des Français, selon un sondage Viavoice pour le groupe Pasteur Mutualité, les vétérinaires sont sans doute, eux aussi, majoritairement opposés à la vente en ligne de médicaments. Car « cela banalise les molécules médicamenteuses, alors qu’elles ont des effets secondaires. Les médicaments ne sont pas des objets de consommation », argumente un praticien, qui redoute l’essor de ces ventes sur le Web d’ici à trois ans.

Comme lui, près de 90 % des praticiens pensent que les ayants droit développeront la vente en ligne de médicaments vétérinaires. Pour la moitié d’entre eux (47 %), ce commerce électronique ne prendra toutefois pas son essor dans l’immédiat, mais à moyen ou long terme, d’ici à cinq ans. Ils restent nombreux (40 %) à croire que ces ventes viendront rapidement grossir le chiffre d’affaires des ayants droit : d’ores et déjà (24 %) ou dès cette année (17 %).

Pourtant, objectivement, les sites de vente en ligne de médicaments vétérinaires créés par les ayants droit ne sont pas légion. De nombreux sites ne leur appartiennent pas. Zubial.fr se présente toutefois comme « certifié vétérinaire ». Ces sites vendent des antiparasitaires externes (APE) aux côtés des aliments et des produits “sans AMM” dit de parapharmacie. Mais les APE, lorsqu’ils ne sont pas soumis à une ordonnance, dérogent de longue date au monopole pharmaceutique. Ils sont distribués par tous les canaux de la distribution grand public (animaleries, jardineries, vente par correspondance), souvent avec des gammes dédiées. Il n’est pas surprenant de les retrouver sur des sites de vente en ligne, y compris sur e-Bay ! Pour la plupart, ces sites ne sont pas liés à des cabinets vétérinaires, au moins en apparence.

Le site lacompagniedesanimaux.com va au-delà des APE en offrant aussi des vermifuges (Milbemax®, Drontal®, Lopatol®, Strongid®, Dolthene®, etc.). Certes, ces médicaments ne sont plus, pour la plupart, soumis à une prescription. Mais leur vente n’est pas libre comme pour les APE. Elle n’est possible que par des pharmaciens ou des vétérinaires pour les seuls animaux qu’ils soignent. Cela rend donc difficile leur vente en ligne. Ce site ne se présente d’ailleurs pas comme adossé à une clinique vétérinaire, mais comme une « boutique de vente sur Internet sans local ouvert au public ».

C’est justement pour éviter ce type de site 100 % en ligne que la vente des médicaments humains sur Internet est légalisée et encadrée depuis le 1er mars 2013. Seuls les pharmaciens qui disposent d’une officine ouverte au public peuvent faire du commerce électronique sur les médicaments non soumis à une ordonnance, avec l’obligation de se déclarer et d’y être autorisés par les autorités.

Selon le sondage Viavoice, le grand public n’a pas confiance dans les médicaments vendus sur la Toile. Il craint à la fois les contrefaçons (80 %), d’être mal conseillé (75 %) ou la menace sur l’emploi dans les pharmacies (69 %) sans que cette concurrence fasse baisser le prix des médicaments (57 %).

Bernard Vallat, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), fait aussi du couplage prescription-délivrance un argument de lutte contre les ventes non contrôlées par Internet de médicaments souvent contrefaits. Le vétérinaire, lorsqu’il vend les médicaments, peut s’installer dans les zones d’élevage et fournir ainsi des produits contrôlés et adaptés. Sans présence vétérinaire, les éleveurs achètent sur Internet ceux dont ils pensent avoir besoin. Le site britannique Medicanimal.fr, multilingue, vend ainsi en ligne des médicaments vétérinaires pour toutes les espèces, qu’ils nécessitent ou non une ordonnance…

LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES VA-T-ELLE SE DÉVELOPPER À PARTIR DES SITES DES AYANTS DROIT ?

Sondage réalisé sur WK-Vet.fr auprès de 139 votants.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité