Semaine Vétérinaire n° 1529 du 01/03/2013

Fluoroquinolones

Actu

PHARMA

Éric Vandaële

Seule contre presque toute l’Europe, la France ne peut pas refuser que l’enrofloxacine étende ses indications aux lapins.

La plupart des États européens, à l’exception de la France, du Danemark et de la Finlande, ont souhaité que des solutions buvables d’enrofloxacine pour volailles (Baytril® 10 % et l’un de ses génériques, Nyoflox® en France) étendent leurs indications aux lapins en Europe. L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) a tenté en vain de s’y opposer, à travers les procédures d’arbitrage européen. Au départ, seul un pays, l’Italie, avait accordé de longue date des indications chez les lapins au princeps Baytril® 10 %. À la suite du dépôt d’un dossier de générique européen revendiquant aussi ces indications chez les lapins, la France a décidé de porter le litige devant les autorités européennes.

La coprophagie augmente la pression de sélection

Le comportement physiologique du lapin, marqué par la coprophagie, allonge en effet la pression de sélection de l’antibiotique par l’entretien d’un cycle. En outre, la forme orale dans l’eau de boisson incite à un usage collectif, avec le risque accru lié à la coprophagie.

En Italie, le seul pays à avoir accepté depuis longtemps cet usage, la sensibilité d’E. coli et de S. aureus est plus faible (60 à 80 % sur les souches issues des lapins) qu’en France (90 %). Les données cliniques sont aussi insuffisantes chez les lapins. En outre, pour la France, l’un des trois pays d’Europe à élever des lapins de chair avec l’Espagne et l’Italie, l’usage d’une fluoroquinolone n’est pas une nécessité, car d’autres antibiotiques non critiques sont suffisamment efficaces contre Pasteurella multocida.

La France contrainte par les décisions européennes

L’ANMV dénonce la « confusion entre espèce mineure et risque mineur ». Néanmoins, l’agence française est contrainte de respecter les décisions d’arbitrage européennes. Deux solutions buvables d’enrofloxacine sont donc désormais indiquées en France chez les lapins : le princeps Baytril® 10 % et son générique espagnol Nyoflox® (pas encore commercialisé), avec toutefois des différences dans les RCP des deux médicaments. La posologie est de 10 mg/kg/j pendant cinq jours contre les infections respiratoires à P. multocida et, pour le princeps, les infections digestives à E. coli. Le temps d’attente est de quinze jours pour Baytril® (sur une base forfaitaire) et de seulement deux jours pour le générique, ce qui peut donc favoriser un usage en fin d’engraissement.

La sensibilité d’Escherichia coli à l’enrofloxacine est plus faible en Italie qu’en France.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK