Semaine Vétérinaire n° 1529 du 01/03/2013
 

Formation

NAC

Lauriane Devaux*, Samuel Sauvaget**, Emmanuel Risi***


*praticien au CHV Atlantia à Nantes (Loire-Atlantique)
**praticien au CHV Atlantia à Nantes (Loire-Atlantique)
***praticien au CHV Atlantia à Nantes (Loire-Atlantique)

CAS CLINIQUE

Une furette stérilisée d’un an et demi est présentée en consultation de référé pour une exophtalmie gauche d’apparition brutale évoluant depuis la veille et faisant suite à l’apparition d’une conjonctivite le jour même.

Examen

L’animal est prostré et présente un blépharœdème, un œdème et un hématome des conjonctives et de la troisième paupière. La cornée de l’œil gauche est sèche et la lagophtalmie est importante. L’examen de la cavité buccale révèle une maladie parodontale focale marquée, associée à du tartre en grande quantité. La carnassière maxillaire gauche est mobile et du sang s’écoule à sa base. Le bilan sanguin révèle une anémie normocytaire normochrome modérée, associée à une légère hypoprotéinémie et à une hypoalbuminémie. Une zone liquidienne en arrière du globe oculaire gauche est visible à l’échographie. Une radiographie dentaire dorsoventrale du crâne montre une ostéolyse maxillaire caudale à la racine distale de la 4e prémolaire maxillaire gauche. Ces éléments sont en faveur d’un abcès orbitaire d’origine dentaire.

Traitement

La furette est anesthésiée afin de permettre un examen approfondi de la cavité buccale. Elle est prémédiquée à la buprénorphine à 20 µg/kg. L’anesthésie est induite avec un mélange d’oxygène à 100 % (1,5 l/min) et d’isoflurane à 5 % et est maintenue par une sonde endotrachéale, après intubation, entre 2 et 2,5 % d’isoflurane. Un cathéter intraveineux est posé à la veine céphalique droite. Les dents sont détartrées. La carnassière maxillaire gauche est extraite à l’aide d’un luxateur conventionnel. Une fistule orbitaire est mise en évidence. L’abcès, volumineux, est vidangé par la fistule dentaire et par l’orbite. La cavité est rincée à l’aide de sérum physiologique. La carnassière maxillaire droite, qui présente également une perte d’attache, est extraite. Une tarsorraphie de l’œil gauche est mise en place avec un fil de suture tressé résorbable de décimale 1,5 pendant 48 heures.

L’animal est hospitalisé et reçoit un traitement antibiotique (métronidazole à 20 mg/kg et enrofloxacine à 10 mg/kg, per os, deux fois par jour). La zone opératoire et les tissus mous autour de l’œil gauche étant inflammatoires, un traitement de méthylprednisolone (1 mg/kg une fois par jour par voie sous-cutanée) est instauré pendant 48 heures. Un relais contenant du méloxicam est ensuite entrepris (0,2 mg/kg une fois par jour par voie orale). Une pommade ophtalmique à base de néomycine et de polymyxine B est appliquée sur l’œil tarsorraphié deux fois par jour.

Au retrait de la tarsorraphie, l’œdème palpébral est en voie d’amélioration et l’œil est jugé viable, malgré une kératite d’exposition et un début d’ulcère cornéen. Au traitement local déjà en place est ajouté un collyre à base de N-acétyl-cystéine et de néomycine/polymyxine B. Après cinq jours, le blépharœdème est résorbé et la furette garde son œil ouvert. Elle est rendue à ses propriétaires avec un traitement de méloxicam pendant trois jours et de métronidazole pendant une semaine. Le traitement local est poursuivi jusqu’au contrôle.

Suivi

Un mois plus tard, l’état général de la furette est bon, les sites d’extraction sont cicatrisés et il n’y a pas de signes de formation d’un nouvel abcès dentaire. L’œil gauche est normal et la cornée ne présente aucune séquelle.

DISCUSSION

Une exophtalmie peut être la conséquence de nombreuses affections. L’origine est souvent rétrobulbaire dans cette espèce. Une évolution progressive de l’exophtalmie est en faveur de cette hypothèse. Parmi les atteintes fréquemment rencontrées, des maladies néoplasiques (lymphome ou adénocarcinome rétrobulbaires) sont recensées. L’exophtalmie peut être unilatérale ou bilatérale dans le cas du lymphome, et plutôt unilatérale dans celui d’un adénocarcinome. Le diagnostic différentiel est réalisé par une analyse cytologique (cytoponction échoguidée). Cependant, la procédure peut être compliquée en raison du peu d’espace offert par la cavité rétrobulbaire. Des cas d’exophtalmie consécutive à une atteinte inflammatoire, infectieuse, tumorale ou lors de mucocèle de la glande zygomatique sont également rapportés. En revanche, les cas d’abcès rétrobulbaire sont peu décrits. Ils sont cependant possibles et ont principalement une origine dentaire (ou par un corps étranger). Il convient donc de contrôler régulièrement la denture des furets, en particulier au moment de la consultation vaccinale, et de proposer, si nécessaire, un détartrage afin d’éviter des complications infectieuses.

Furette atteinte d’une exophtalmie unilatérale gauche.

Aspect de l’œil 48 heures après l’intervention.

Radiographies dentaires, noter la zone d’ostéolyse (flèche).

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité