• VETFLURANE®

    Anesthésique général volatil (isoflurane) pour chevaux, chiens, chats, oiseaux d'ornement et NAC


    Source : RCP du 24/08/2015

    Composition

    Liquide pour inhalation par vapeur :
    ISOFLURANE : 1 ml

    Propriétés

    L'isoflurane induit l'inconscience par son action sur le système nerveux central. Il est pratiquement dépourvu de propriétés analgésiques.
    Comme d'autres anesthésiques volatils, il entraîne une dépression respiratoire et cardiovasculaire.
    L'isoflurane est absorbé par inhalation et est rapidement distribué via la circulation sanguine vers d'autres tissus, y compris le cerveau. Son coefficient de partition sang/gaz à 37°C est de 1,4. Son absorption, sa distribution ainsi que son élimination sous forme non-métabolisé par les poumons sont rapides, entrainant cliniquement une induction et un réveil rapides et un contrôle facile et rapide de la profondeur de l'anesthésie.
    Sa métabolisation est minimale (environ 0,2 %, principalement en fluorures inorganiques) et pratiquement la totalité de la quantité d'isoflurane administrée est excrétée de manière inchangée par les poumons.

    Indications

    Chez les chevaux, chiens, chats, oiseaux d'ornement, reptiles, rats, souris, hamsters, chinchillas, gerbilles, cobayes et furets : induction et entretien de l'anesthésie générale.

    Administration et posologie

    Inhalation.
    L'isoflurane doit être administré au moyen d'un vaporisateur précisément calibré, dans un circuit approprié, le niveau d'anesthésie pouvant être rapidement et facilement modifié.
    Il peut être administré dans de l'oxygène ou dans un mélange oxygène/protoxyde d'azote.
    La CAM (concentration alvéolaire minimale), les doses efficaces DE50 et les concentrations suggérées ci-dessous ne sont que des recommandations. Les concentrations réelles requises en pratique dépendront de nombreuses variables comme l'utilisation concomitante d'autres médicaments pendant la procédure anesthésique et de l'état clinique de l'animal.
    Prendre en considération les besoins en analgésie de l'animal avant la fin de l'anesthésie générale.
    L'utilisation concomitante de sédatifs ou d'analgésiques peut réduire les concentrations d'isoflurane nécessaires à l'induction et à l'entretien de l'anesthésie.
    Le réveil est généralement rapide et calme.
    Chevaux :
    La CAM est d'environ 1,31%.
    • Prémédication :
    Les médicaments suivants se sont avérés compatibles avec l'isoflurane (à choisir en fonction de l'animal) : acépromazine, butorphanol, détomidine, diazepam, dobutamine, dopamine, guaïphénésine, kétamine, morphine, péthidine, thiamylal, thiopental et xylazine (voir Interactions).
    • Induction :
    En raison de l'impossibilité d'induire l'anesthésie chez un cheval adulte avec de l'isoflurane, réaliser l'induction grâce à un barbiturique à courte durée d'action (ex. thiopental), à la kétamine ou à la guaïfénésine. Des concentrations de 3 à 5 % d'isoflurane peuvent alors être utilisées pour obtenir la profondeur d'anesthésie souhaitée en 5 à 10 minutes.
    Chez les poulains : l'induction à l'isoflurane à une concentration de 3 à 5 % dans de l'oxygène à haut débit est possible.
    • Entretien :
    L'anesthésie peut être maintenue en utilisant 1,5 à 2,5% d'isoflurane.
    • Réveil : généralement rapide et calme.
    Chiens :
    La CAM est d'environ 1,28 %.
    • Prémédication :
    Les médicaments suivants se sont avérés compatibles avec l'isoflurane (à choisir en fonction de l'animal) : atropine, butorphanol, buprénorphine, bupivacaine, diazepam, dobutamine, éphédrine, adrénaline, glycopyrrolate, kétamine, médétomidine, midazolam, méthoxamine, oxymorphone, propofol, thiamylal, thiopental et xylazine (voir les Interactions).
    • Induction :
    Possible au masque en utilisant jusqu'à 5% d'isoflurane, avec ou sans prémédication.
    • Entretien :
    L'anesthésie peut être maintenue en utilisant 1,5 à 2,5% d'isoflurane.
    • Réveil : généralement rapide et calme.
    Chats :
    La CAM est d'environ 1,63 %.
    • Prémédication :
    Les médicaments suivants se sont avérés compatibles avec l'isoflurane (à choisir en fonction de l'animal) : acépromazine, atropine, diazepam, kétamine et oxymorphone (voir interactions).
    • Induction :
    Possible au masque en utilisant jusqu'à 4 %, avec ou sans prémédication.
    • Entretien :
    L'anesthésie peut être maintenue en utilisant 1,5 à 3 %.
    • Réveil : généralement rapide et calme.
    Oiseaux d'ornement :
    Il existe peu de données concernant les CAM/DE50.
    Exemples : 1,34 % pour la grue blanche, 1,45 % pour le pigeon voyageur (réduit à 0,89 % par l'administration de midazolam), et 1,44 % pour le cacatoès (réduit à 1,08 % par l'administration de butorphanol).
    L'utilisation de l'anesthésie à l'isoflurane a été rapportée dans de nombreuses espèces, des petits oiseaux (ex. diamant mandarin) aux grands oiseaux (ex. vautours,aigles et cygnes).
    Interactions, compatibilités : le propofol est compatible avec l'anesthésie à l'isoflurane chez les cygnes.
    • Induction :
    L'induction avec 3 à 5% d'isoflurane est normalement rapide.
    L'induction de l'anesthésie avec du propofol avec entretien à l'isoflurane a été décrite chez les cygnes.
    • Entretien :
    La dose nécessaire dépend de l'espèce et de l'individu. Généralement, la concentration de 2 à 3% est adéquate et sûre.
    Pour les cigognes et hérons : 0,6 à 1 %.
    Pour les vautours et aigles : jusqu'à 4 à 5 %.
    Pour certains canards et oies : 3,5 à 4 %.
    En général, les oiseaux répondent rapidement aux changements de concentration d'isoflurane.
    Reptiles :
    La littérature décrit son utilisation chez une grande variété de reptiles (par ex. différentes espèces de lézards, tortues, iguanes, caméléons et serpents).
    La DE50 chez l'iguane du désert est de 3,14 % à 35°C et 2,83 % à 20°C.
    • Induction : normalement rapide avec 2 à 4% d'isoflurane.
    • Entretien : avec 1 à 3%.
    • Réveil : généralement rapide et calme.
    Rats,souris, hamsters, chinchillas, gerbilles, cobayes, furets :
    L'isoflurane est recommandé pour l'anesthésie chez une grande variété de petits mammifères.
    Les CAM citées sont de 1,34% pour les souris et 1,38%, 1,46% et 2,4% pour les rats.
    • Induction : avec 2 à 3% d'isoflurane.
    • Entretien : avec 0,25 à 2% d'isoflurane.
    • Réveil : généralement rapide et calme.

    Contre-indications

    Ne pas utiliser en cas :
    — de prédisposition connue à l'hyperthermie maligne ;
    — d'hypersensibilité connue à l'isoflurane ou à d'autres halogénés.

    Effets indésirables

    L'isoflurane produit une hypotension et une dépression respiratoire dose-dépendantes.
    Des arythmies et une bradycardie transitoire n'ont été rapportées que rarement.
    L'hyperthermie maligne n'a été rapportée que très rarement chez des animaux prédisposés.
    Traiter l'arrêt respiratoire par une ventilation assistée.
    En cas d'arrêt cardiaque, procéder à une réanimation cardiopulmonaire complète.

    Précautions d'emploi

    Précautions d'emploi et mises en garde pour les espèces cibles :
    L'isoflurane est pratiquement dépourvu de propriétés analgésiques. L'administration d'un analgésique avant l'opération s'impose. Prendre en considération les besoins en analgésie de l'animal avant la fin de l'anesthésie générale.
    L'utilisation du produit chez des animaux cardiopathiques ne doit être envisagée qu'après évaluation du rapport risque/bénéfice par le vétérinaire.
    Veiller à surveiller la fréquence et les souffrant de maladie cardiaque de la respiration et des battements cardiaques ainsi qu'à assurer la perméabilité des voies respiratoires et à oxygéner les tissus correctement pendant l'entretien de l'anesthésie.
    Lorsque l'isoflurane est utilisé pour anesthésier un animal avec un traumatisme crânien, vérifier si la ventilation artificielle est appropriée pour maintenir des niveaux de CO2 normaux, afin d'éviter une augmentation du flux sanguin cérébral.
    L'isoflurane étant un dépresseur respiratoire, surveiller la fréquence respiratoire et la profondeur de l'anesthésie.
    Le métabolisme des oiseaux, et dans une certaine mesure des petits mammifères, est plus profondément affecté par la diminution de la température corporelle en raison du rapport surface/volume élevé.
    Le métabolisme chez les reptiles est lent et dépend en grande partie de la température ambiante.
    L'isoflurane est rapidement absorbé, distribué et éliminé (principalement sous forme inchangée par les poumons). C'est pourquoi son l'utilisation est appropriée chez des animaux jeunes ou âgés, ou présentant une insuffisance hépatique, rénale ou cardiaque. Adapter le protocole anesthésique au cas par cas.
    Précautions en cas de gravidité ou de lactation :
    Gravidité et lacatation : n'utiliser l'isoflurane qu'après évaluation du rapport bénéfice/risque par le vétérinaire.
    L'isoflurane a été utilisé de manière sûre pour l'anesthésie lors de césarienne chez le chien et le chat.
    Interactions :
    L'inhalation concomitante de protoxyde d'azote améliore les effets de l'isoflurane chez l'homme, laissant supposer un effet similaire chez des animaux.
    L'utilisation concomitante de sédatifs ou d'analgésiques réduit la concentration d'isoflurane nécessaire à l'induction et à l'entretien de l'anesthésie.
    Chez les chevaux, la détomidine et la xylazine réduisent la concentration alvéolaire minimale (CAM) de l'isoflurane.
    Chez les chiens, la morphine, l'oxymorphone, l'acépromazine, la médétomidine et le midazolam réduisent la CAM de l'isoflurane. L'administration concomitante de midazolam/kétamine pendant l'anesthésie à l'isoflurane peut entraîner des effets cardiovasculaires marqués (hypotension artérielle). Les effets dépresseurs du propanolol sur la contractilité du myocarde sont réduits pendant l'anesthésie à l'isoflurane, indiquant une activité modérée sur les récepteurs b.
    Chez les chats, l'administration intraveineuse de midazolam-butorphanol, de même que l'administration péridurale de fentanyl et de médétomidine modifie plusieurs paramètres cardio-respiratoires chez des animaux dont l'anesthésie a été induite par l'isoflurane.
    Il a été démontré que l'isoflurane réduisait la sensibilité du cœur à l'adrénaline (épinéphrine).
    Chez les cacatoès, le butorphanol réduit la CAM de l'isoflurane.
    Chez les pigeons, le midazolam réduit la CAM de l'isoflurane.
    Aucune donnée n'est disponible pour les reptiles et les petits mammifères.
    L'isoflurane sensibilise moins le myocarde aux effets arythmogènes des catécholamines circulantes que l'halothane.
    Il peut être dégradé en monoxyde de carbone par des absorbeurs de dioxyde de carbone déshydratés.
    Incompatibilités :
    L'isoflurane interagit avec les absorbeurs de dioxyde de carbone déshydratés pour former du monoxyde de carbone. Prévenir la dessication des absorbeurs de dioxyde de carbone afin de minimiser le risque de formation de monoxyde de carbone dans les circuits réinhalatoires ainsi que l'éventualité de niveaux de carboxyhémoglobine élevés.
    Surdosage :
    Un surdosage peut entraîner une dépression respiratoire profonde. La respiration doit être surveillée étroitement et soutenue si nécessaire en augmentant la concentration en oxygène et/ou par une ventilation assistée.
    En cas de dépression cardiopulmonaire sévère, arrêter l'administration de l'isoflurane, purger le circuit avec de l'oxygène, s'assurer de la perméabilité des voies respiratoires, commencer la ventilation assistée ou contrôlée avec de l'oxygène pur.
    Une dépression cardiovasculaire doit être traitée avec des solutés de remplissage, des vasopresseurs, des antiarythmiques ou d'autres techniques appropriées.
    Précautions pour l’utilisateur :
    En cas d'hypersensibilité connue à l'isoflurane, ne pas manipuler ce produit.
    Ne pas respirer la vapeur.
    Les utilisateurs doivent consulter les autorités nationales pour s'informer sur les normes d'exposition concernant l'isoflurane.
    Les blocs opératoires et les salles de réveil doivent être équipés de systèmes de ventilation ou d'élimination adéquats afin d'éviter l'accumulation de vapeurs anesthésiques. Entretenir tous les systèmes d'élimination/extraction de manière adéquate.
    Les femmes enceintes et allaitantes doivent éviter tout contact avec le produit ainsi que les salles d'opération et de réveil.
    Eviter les procédures nécessitant un masque pour une induction prolongée et pour l'entretien de l'anesthésie générale.
    Utiliser, si possible, l'intubation trachéale pour administrer ce produit pendant le maintien d'une anesthésie générale.
    Afin de protéger l'environnement, utiliser des filtres à charbon dans les systèmes d'élimination.
    Quand l'isoflurane est introduit dans le vaporisateur, veiller à enlever immédiatement tout produit renversé en utilisant un matériel inerte et absorbant (par ex. sciure de bois).
    Nettoyer immédiatement la peau et les yeux en cas d'éclaboussures et éviter tout contact avec la bouche. En cas d'exposition accidentelle sérieuse, éloigner la personne de la source d'exposition, consulter d'urgence un médecin et lui montrer cette information.
    Les anesthésiques halogénés peuvent causer des lésions hépatiques. Dans le cas de l'isoflurane, il s'agit d'une réponse idiosyncrasique très rarement observée suite à une exposition répétée
    A l'attention du médecin : s'assurer de la perméabilité des voies respiratoires et administrer un traitement de soutien et symptomatique. A noter que l'adrénaline et les catécholamines peuvent causer des dysrythmies cardiaques.

    Temps d'attente

    Viandes et abats (chevaux) : 2 jours.
    Lait : ne pas utiliser chez les juments productrices de lait destiné à la consommation humaine.

    Catégorie

    Liste I.
    A ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.

    Conservation

    Durée de conservation : 2 ans.
    Ne pas conserver à une température supérieure à 25°C.
    Tenir à l'abri de la lumière et de la chaleur.
    Conserver le flacon soigneusement fermé.

    Présentation(s)

    A.M.M. FR/V/6585248 4/2010
    Boîte d'un flacon de 250 ml

    GTIN 03597132002653

    VIRBAC FRANCE

    1ère avenue 3e rue LID
    Espace Azur Mercantour
    06515 CARROS CEDEX
    Tél. : 0811.904.606
    Dernière version de la monographie : 23/02/2017

    Mise à jour :
    Modification (nouveau RCP) : Suppression du flacon de 100 ml.

Pour bénéficier de l'accès total à cette page, vous devez être abonné au DMV et être identifié(e).

Déjà abonné ? Identifiez-vous


  Mot de passe oublié ?

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité