• CEVAMEC® Bovins Ovins Solution injectable

    Endectocide injectable (ivermectine) pour bovins et ovins


    Source : RCP du 23/09/2010

    Composition

    Solution injectable :
    IVERMECTINE : 10 mg
    Excipients q.s.p. : 1 ml

    Propriétés

    Propriétés pharmacodynamiques :
    L'ivermectine est un endectocide, de la famille des lactones macrocycliques et appartenant au groupe des avermectines. Il se lie de manière sélective et avec une haute affinité, au récepteur du glutamate des canaux à chlorures de la membrane des cellules nerveuses et musculaires des invertébrés parasites. Ceci favorise une augmentation de la perméabilité membranaire aux ions chlorures, entraînant une hyperpolarisation de la cellule musculaire ou nerveuse. Il en résulte une paralysie et la mort des parasites ciblés.
    Les molécules de cette famille peuvent aussi interférer avec d'autres canaux à chlorure, notamment ceux ouverts par le neurotransmetteur GABA.
    Leur marge de sécurité est attribuée à l'absence de récepteurs au glutamate chez les mammifères, à leur faible affinité pour d'autres canaux à chlorures et à leur difficulté à traverser la barrière hémato-méningée.
    Propriétés pharmacocinétiques :
    A la dose de 0,2 mg d'ivermectine par kg de poids vif :
    — Chez les bovins : la Cmax en ivermectine atteint une valeur moyenne de 30,43 ng/ml en un Tmax moyen de 131 heures.
    L'ivermectine est principalement distribué dans le plasma (80 %). La répartition entre le plasma et les cellules sanguines reste relativement constante.
    1 à 2 % de la dose administrée sont excrétés dans l'urine. Le reste est excrété dans les fèces, sous forme inchangée (environ 60 %) ou sous forme de métabolites ou de produits de dégradation. Le métabolite principal est le 24-hydroxymethyl H2B1a et ses esters d'acide gras. Aucun métabolite mineur n'excède plus de 4 % des métabolites totaux.
    — Chez les ovins : la Cmax de 13 ng/ml a été atteinte dans les 4 heures suivant le traitement. Après administration d'ivermectine radioactif à la dose de 0,3 mg/kg, environ 99 % du médicament et de ses métabolites ont été excrétés dans les fèces et plus ou moins 1 % a été éliminé dans les urines.

    Indications

    • Chez les bovins (bœufs et femelles hors lactation), traitement des infestations par les parasites suivants :
    — Strongles gastro-intestinaux (adultes et larves de 4e stade, sauf précision contraire) :
    Ostertagia ostertagi, O. lyrata,
    Haemonchus placei,
    Trichostrongylus axei, T. colubriformis,
    Cooperia oncophora, C. punctata, C. pectinata,
    Œsophagostomum radiatum,
    Nematodirus helvetianus
    (adultes seulement), N. spathiger (adultes seulement).
    — Strongles pulmonaires : Dictyocaulus viviparus (adultes et larves L4).
    — Hypodermes (stades parasitaires) : Hypoderma bovis, H. lineatum.
    — Gales :
    Psoroptes ovis (syn. P. communis var. bovis),
    Sarcoptes scabiei var. bovis.
    — Poux :
    Linognathus vituli,
    Haematopinus eurysternus.

    • Chez les ovins, traitement des infestations par les parasites suivants :
    — Strongles gastro-intestinaux :
    Teladorsagia circumcinta y compris les larves inhibées, T. trifurcata,
    Haemonchus contortus
    y compris les larves inhibées,
    Trichostrongylus axei (adultes), T. colubriformis, T. vitrinus (adultes),
    Cooperia curticei,
    Œsophagostomum columbianum, O. venulosum
    (adultes),
    Nematodirus filicollis,
    Chabertia ovina,
    Trichuris ovis
    (adultes).
    Ce médicament est aussi efficace contre les souches de Haemonchus contortus et Teladorsagia circumcincta, résistantes au benzimidazole.
    — Strongles pulmonaires :
    Dictyocaulus filaria (adultes et larves L4),
    Protostrongylus rufescens (adultes).
    — Œstres nasaux (tous stades larvaires) : Œstrus ovis.

    Administration et posologie

    Voie S.C.
    Bovins, ovins : 0,5 ml pour 25 kg de poids vif (soit 200 µg d’ivermectine/kg) en une administration unique.
    Jeunes agneaux de moins de 20 kg : 0,1 ml pour 5 kg de poids vif. Utiliser une seringue graduée à 0,1 ml près.
    Administrer par voie sous-cutanée dans un pli de peau en avant ou en arrière de l'épaule chez les bovins, ou sur l'encolure chez les ovins.
    Le volume administré par point d'injection ne doit pas excéder 10 ml.
    Eviter le sous-dosage.
    Evaluer le poids de l'animal aussi précisément que possible avant de calculer la dose à administrer, et vérifier la précision du matériel de dosage.
    Les animaux devant être traités collectivement plutôt qu'individuellement doivent être regroupés selon leur poids, la dose à administrer étant calculée en conséquence, de façon à éviter tout sous- ou surdosage.
    La période du traitement doit être déterminée en fonction des paramètres épidémiologiques et doit être adaptée à chaque élevage.
    Le programme de traitement approprié doit être établi par un vétérinaire.


    Posologies hors AMM. Respecter la cascade (art. L.5143-4 du CSP)
    Posologie hors AMM chez les NAC :(1)
    — chez les rongeurs et lapin de compagnie : voies orale ou S.C. 0,2 à 0,5 mg/kg d'ivermectine tous les 10 jours.
    Cheyletiellose : voie S.C. 0,6 mg/kg, 3 x à 2 semaines d'écart.
    Gale : voie S.C. 0,5 mg/kg, 3 x à 1 semaine d'écart.
    Traitement auriculaire : 4 à 5 gouttes à 1% tous les 15 jours.
    — chez le furet :
    Externe, pour 2 oreilles : localement 1 mg/kg tous les 15 jours (soit 0,1 ml).
    Nématodes, acariens : voie S.C. 0,2 à 0,5 mg/kg (soit 0,02 à 0,05 ml/kg), 2 fois à 15 jours d'écart.
    Dirofilariose : voies S.C. ou orale 0,1 ml/kg/mois.
    — chez les oiseaux : 0,2 mg par animal (soit 0,02 ml/animal), 4 fois à 15 jours d'écart sur la membrane alaire.
    — chez les reptiles : voie S.C. 0,2 mg/kg.
    Interdit chez les chéloniens.
    Source : (1) Guide Thérapeutique Vétérinaire, animaux de compagnie, Editions du Point Vétérinaire, 2013

    Contre-indications

    Ne pas administrer :
    — en cas d’hypersensibilité connue à l’ivermectine ;
    — par voies intraveineuse ou intramusculaire ;
    — chez les chiens et les chats.

    Effets indésirables

    — Bovins : un malaise transitoire et un léger œdème des tissus mous ont été observés au point d’injection, chez certains bovins, suite à l’administration sous-cutanée. Ces réactions ont disparu dans les 28 jours, sans aucun traitement.
    — Ovins : une douleur transitoire est souvent observée immédiatement après l'injection. Un léger œdème a été observé au site d'injection chez les animaux traités. Généralement, ces réactions disparaissent sans traitement.

    Précautions d'emploi

    Précautions d'emploi et mises en garde pour les espèces cibles :
    — Avant d'utiliser un produit contenant de l'ivermectine, demander conseil à un vétérinaire sur les recommandations à suivre pour garantir une bonne maîtrise des parasites et limiter le risque d'apparition d'une résistance aux anthelminthiques.
    Les avermectines peuvent être mal tolérées chez les espèces non cibles : des cas d'intolérance avec issue fatale ont été reportés chez les chiens, en particulier les Colleys, les Bobtails et les races apparentées et croisées, ainsi que chez les tortues de mer ou terrestres.
    — Chez les bovins : afin d'éviter les effets indésirables dus à la mort des larves d'Hypoderma localisées dans la zone péri-œsophagienne ou dans le canal rachidien, il est conseillé d'administrer le produit à la fin de la période d'activité des mouches à varron et avant que les larves n'atteignent les zones citées ci-dessus.
    Consulter un vétérinaire pour connaître la meilleure période de traitement.
    — Eviter les pratiques qui augmentent le risque de développement de résistance et peuvent conduire à une inefficacité du traitement : utilisation trop fréquente et répétée d'anthelminthiques de la même classe, pendant une période prolongée ; sous-dosage, qui peut être dû soit à une sous-estimation du poids vif, soit à une mauvaise administration du produit ou à un défaut de calibrage du matériel de dosage.
    Les cas cliniques suspectés de résistance aux anthelminthiques peuvent être investigués plus précisément grâce à des tests appropriés (ex. test de réduction d'excrétion fécale des œufs). Si les résultats suggèrent une résistance à un anthelminthique particulier, un autre anthelminthique appartenant à une autre classe pharmacologique et ayant un mode d'action différent doit être utilisé.
    Une résistance à l'ivermectine a été rapportée pour Teladorsagia circumcincta chez les ovins et Ostertagia ostertagi chez les bovins. L'utilisation de ce produit devra être basée sur les informations épidémiologiques locales (régionales, élevages) concernant la sensibilité à ces espèces d'helminthes et sur les recommandations à suivre pour limiter le risque d'apparition de résistances aux anthelminthiques.
    Utilisation en cas de gravidité ou de lactation :
    Ce médicament peut être administré aux vaches et brebis à tous les stades de gestation.
    Les taux de fertilité ne sont pas affectés par l'administration de ce médicament.
    Incompatibilités :
    En l'absence d'études, ne pas mélanger avec d'autres médicaments vétérinaires.
    Surdosage :
    Des bovins et des ovins ayant reçu une dose unique de 4 mg/kg d’ivermectine (soit 20 fois la dose recommandée) par voie S.C. ont montré des manifestations d’ataxie et de dépression.
    Il n'existe pas d'antidote connu. En cas de surdosage, un traitement symptomatique peut être administré.
    Aucun signe de toxicité systémique n'a été observé chez les ovins traités à plus de 3 fois la dose recommandée.
    Précautions particulières pour l’utilisateur :
    Prendre soin de ne pas s'administrer le médicament : risque d'irritation locale et/ou de douleur au site d'injection.
    Eviter si possible le contact direct avec la peau. Ne pas fumer, manger ou boire pendant la manipulation du médicament. Se laver les mains après toute utilisation.
    Précautions particulières vis à vis de l’environnement :
    Produit extrêmement dangereux pour les poissons et autres organismes aquatiques. Ne pas contaminer les eaux de surface ou les fossés avec le produit ou les emballages usagés.

    Temps d'attente

    Viandes et abats :
    — Bovins : 49 jours.
    — Ovins : 42 jours.
    Lait (bovins et ovins) : ne pas utiliser chez les femelles laitières dont le lait est destiné à la consommation humaine, ni chez les femelles laitières hors lactation dans les 60 jours précédant la mise-bas.

    Catégorie

    Liste II.
    A ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.
    Accessible aux groupements agréés pour la production bovine et ovine.

    Conservation

    Durée de conservation après ouverture : 28 jours.

    Présentation(s)

    A.M.M. FR/V/8943423 9/2005
    Flacon de 50 ml

    GTIN 05391510231882

    Flacon de 250 ml

    GTIN 05391510231899

    Flacon de 500 ml

    GTIN 05391510231905



    Titulaire de l'A.M.M. : CROSS Vetpharm Group LTD (Irlande)
    Exploitant :

    CEVA Santé animale

    10, avenue de la Ballastière
    33500 LIBOURNE
    Tél. : 05.57.55.40.40
    Dernière version de la monographie : 14/06/2012

    Mise à jour :
    DMV 2012.

Pour bénéficier de l'accès total à cette page, vous devez être abonné au DMV et être identifié(e).

Déjà abonné ? Identifiez-vous


  Mot de passe oublié ?

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité