• ENZAPROST® T

    Solution injectable de dinoprost (PGF2alpha) pour bovins et porcins


    Source : RCP du 25/06/2009

    Composition

    Solution injectable :
    DINOPROST (s.f. de trométhamol) : 5 mg
    Alcool benzylique : 16,5 mg
    Excipient q.s.p. : 1 ml

    Propriétés

    Propriétés pharmacodynamiques :
    Le dinoprost (s.f. de trométhamol) possède une activité lutéolytique. II provoque l'involution du corps jaune chez la plupart des mammifères et induit l'apparition de l'œstrus et de l'ovulation chez les femelles ayant une activité sexuelle cyclique.
    L'administration de dinoprost provoque l'avortement ou l'induction de la parturition chez les bovins et les porcins.
    De plus, il possède d'autres activités qui varient selon l'espèce considérée, telles qu'une augmentation de la pression sanguine et une bronchoconstriction. Le dinoprost est également un stimulant des fibres musculaires lisses.
    Propriétés pharmacocinétiques :
    Chez toutes les espèces, le dinoprost (ou PGF2alpha) est rapidement absorbé à partir du site d'injection. Les concentrations maximales (Cmax) du PGFM, métabolite principal de la PGF2alpha, sont, dans le plasma, d'environ 15 µg/l pour les bovins et 382 µg/l pour les porcins et sont atteintes après 19 minutes pour les bovins et après 10 minutes pour les porcins.

    Indications

    Chez les bovins et porcins : le médicament est préconisé pour ses effets lutéolytiques.
    • Chez les vaches et génisses :
    — Synchronisation de l’œstrus ;
    — Traitement du sub-œstrus ou des 'chaleurs silencieuses' des vaches qui ont un corps jaune fonctionnel, mais qui ne manifestent pas de chaleurs ;
    — Induction de l’avortement, jusqu’au 120e jour de gestation ;
    — Induction de la parturition ;
    — Aide au traitement des métrites chroniques ou des pyomètres dans le cas où il y a un corps jaune fonctionnel ou persistant.
    • Chez les truies et cochettes :
    — Induction de la parturition à partir du 111e jour de gestation ;
    — Utilisation post-partum : réduction de l'Intervalle Sevrage-Œstrus (ISO) et de l'Intervalle Sevrage-Saillie Fécondant (ISSF) chez des truies présentant des problèmes puerpéraux tels que des métrites dans des troupeaux présentant des problèmes de reproduction.

    Administration et posologie

    Voie intramusculaire.
    Injecter au niveau d’une zone de peau correctement nettoyée et sèche.
    Respecter les règles d'asepsie et utiliser du matériel stérile.
    Vaches, génisses : 5 ml par animal (soit 25 mg de dinoprost (s.f. de trométhamol)).
    • Synchronisation de l’œstrus :
    Une administration à renouveler si nécessaire 11 (10 à 12) jours après.
    Les femelles traitées durant le diœstrus reviendront normalement en chaleurs et ovuleront 2 à 4 jours après l’injection.
    Les animaux traités avec le médicament peuvent être mis à la reproduction par saillie naturelle, par insémination artificielle après détection de l’œstrus ou par insémination programmée (72 et 96 heures après la seconde injection habituellement recommandée).
    • Traitement du sub-œstrus ou des 'chaleurs silencieuses' des vaches qui ont un corps jaune fonctionnel, mais qui ne manifestent pas de chaleur :
    Une administration à renouveler si nécessaire 11 (10 à 12) jours après.
    • Induction de l’avortement, possible jusqu’au 120e jour de gestation :
    Le médicament peut être utilisé pour interrompre une gestation chez la vache jusqu'au 120e jour de gestation, grâce à ses effets lutéolytiques.
    • Induction de la parturition :
    Une administration à partir du 270e jour de la gestation.
    L'intervalle entre l'administration et la mise-bas est de 1 à 8 jours (en moyenne de 3 jours).
    • Aide au traitement des métrites chroniques ou des pyomètres lorsqu’il y a un corps jaune fonctionnel ou persistant :
    Une administration à renouveler si nécessaire 11 (10 à 12) jours après.
    Truies, cochettes : 2 ml par animal (soit 10 mg de dinoprost (s.f. de trométhamol)).
    • Induction de la parturition à partir du 111e jour de gestation :
    Administration dans les 3 jours précédant la date prévue de mise-bas.
    La réponse au traitement selon les individus varie de 24 à 36 heures entre l’injection et la parturition. On peut ainsi programmer la date de la mise-bas des truies et des cochettes en fin de gestation. Il n’est pas recommandé de traiter les truies avant les 3 derniers jours de gestation, les risques de mortalité périnatale des porcelets étant alors accrus.
    • Utilisation post-partum :
    Administration 24 à 36 heures après la mise-bas.
    Afin d’éviter de percer le bouchon de façon excessive lors du traitement d’un grand nombre d’animaux avec le flacon de 50 ml, l’utilisation d’une seringue multidose avec une aiguille à usage unique est recommandée.

    Contre-indications

    Ne pas administrer :
    — aux animaux présentant des troubles aigus ou subaigus des appareils vasculaire, gastro-intestinal ou respiratoire ;
    — aux animaux en gestation, sauf dans le cas d’une utilisation pour induire la parturition ou interrompre la gestation ;
    — en cas d'hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients.

    Effets indésirables

    — Bovins :
    L’effet indésirable le plus fréquemment observé est une élévation de la température rectale. Cependant, les modifications de la température rectale ont été transitoires dans tous les cas observés et n'ont pas été préjudiciables à l’animal.
    Une salivation modérée a parfois été observée.
    Les effets secondaires disparaissent dans un délai d'une heure suivant l’administration de PGF2alpha.
    Chez la vache, lors d'une utilisation pour l'induction de la parturition, une rétention des membranes fœtales peut se produire plus fréquemment.
    — Porcins :
    Les effets indésirables transitoires tels qu'une élévation de température corporelle, des signes de douleur au point d'injection, une élévation de la fréquence respiratoire, une augmentation de la salivation, une stimulation de la défécation et de la miction, des rougeurs cutanées et une agitation (dos voussé, grattement du sol, machonnage et frottement des tubulures), dyspnée, légère ataxie, spasmes des muscles abdominaux, vomissement et prurit se produisent occasionnellement après administration du dinoprost chez les truies et les cochettes gestantes. Ces effets sont similaires aux signes montrés par les truies avant une mise-bas naturelle ; ils interviennent seulement de manière plus rapprochée dans le temps. Ces effets sont habituellement observés dans les 10 minutes après l'injection et disparaissent en l'espace de 3 heures.
    La confection d'un nid est un comportement normal 5 à 10 minutes après administration de prostaglandine chez les truies élevées en case ou en plein air.

    Précautions d'emploi

    Précautions d'emploi et mises en garde pour les espèces cibles :
    — Des infections bactériennes localisées au point d'injection pouvant se généraliser ont été rapportées. Une antibiothérapie intensive, notamment contre les clostridies, doit être mise en place au premier signe d'infection. Respecter les règles d'hygiène et d'asepsie pour diminuer l'apparition de ces infections bactériennes.
    — Ne pas administrer par voie intraveineuse.
    — L'induction de l'avortement ou de la parturition par utilisation de substances exogènes peut augmenter le risque de dystocie, de mortalité fœtale, de rétention de placenta et/ou de métrite.
    — Le médicament est inefficace quand il est administré avant le 5e jour suivant l'ovulation.
    Utilisation en cas de gravidité ou de lactation :
    L’état de gestation doit être déterminé avant l’injection car il a été démontré que le dinoprost provoquait l’avortement ou l’induction de la mise-bas lorsqu’il est administré à des doses suffisamment élevées chez de nombreuses espèces animales.
    Si la femelle est gestante, la très faible possibilité de déchirure utérine doit être gardée à l’esprit, notamment en cas de non-dilatation cervicale.
    L’induction de la mise-bas chez les truies plus de 72 heures avant la date prévue de mise-bas peut diminuer la viabilité des porcelets.
    Interactions :
    — Les A.I.N.S. pouvant empêcher la synthèse endogène de prostaglandines, l’administration concomitante de ces médicaments avec la spécialité peut diminuer les effets lutéolytiques de ce dernier.
    — Les ocytociques stimulant la production des prostaglandines, l'administration concomitante de ces produits avec la spécialité peut exacerber les effets lutéolytiques de ce dernier.
    Incompatibilités :
    En l'absence d'études de compatibilité, ne pas mélanger avec d'autres médicaments vétérinaires.
    Surdosage :
    Une augmentation de la température rectale et une légère augmentation transitoire de la fréquence cardiaque peuvent être observées à 5 ou 10 fois la dose recommandée chez les vaches et les génisses.
    Précautions particulières pour l'utilisateur :
    Les prostaglandines de type PGF2alpha peuvent être absorbées à travers la peau et peuvent être la cause de bronchospasme ou de fausse couche.
    Une attention particulière est requise pendant la manipulation du produit, afin d’éviter une injection accidentelle ou tout contact avec la peau.
    Si le produit est accidentellement répandu sur la peau ou mis en contact avec l’œil, laver immédiatement avec de l’eau propre.
    Porter des gants imperméables pour éviter tout contact avec le produit.
    Une injection accidentelle est particulièrement risquée pour les femmes enceintes ou susceptibles de l'être, pour les personnes asthmatiques ou ayant des problèmes bronchiques ou tout autre problème respiratoires.
    Les personnes asthmatiques ou ayant des problèmes bronchiques ou tout autre problème respiratoire doivent manipuler le produit avec précaution afin d'éviter l'auto-injection accidentelle ou le contact avec la peau.
    Les femmes enceintes, ou en âge de procréer, les personnes asthmatiques ou ayant des problèmes bronchiques ou tout autre problème respiratoire ne doivent pas utiliser le produit ou à défaut doivent porter des gants en plastiques jetables.

    Temps d'attente

    Viandes et abats :
    — Bovins : 3 jours.
    — Porcins : 2 jours.
    Lait : zéro jour.

    Catégorie

    Liste I.
    A ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.
    Accessible aux groupements agréés pour les productions bovines et porcines.

    Conservation

    Durée de conservation : 2 ans.
    Après ouverture :
    — Ne pas conserver à une température supérieure à 25°C.
    — Durée de conservation : 14 jours.

    Présentation(s)

    A.M.M. FR/V/0325837 0/2004
    Boîte de 10 flacons de 5 ml

    GTIN 03411110663745

    Boîte de 1 flacon de 30 ml

    GTIN 03411110663660

    Boîte de 1 flacon de 50 ml

    GTIN 03411110663714

    CEVA Santé animale

    10, avenue de la Ballastière
    33500 LIBOURNE
    Tél. : 05.57.55.40.40
    Dernière version de la monographie : 22/02/2017

    Mise à jour :
    Modification : modification des codes GTIN de certaines présentations.

Pour bénéficier de l'accès total à cette page, vous devez être abonné au DMV et être identifié(e).

Déjà abonné ? Identifiez-vous


  Mot de passe oublié ?

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Sondage de la semaine

Le nouveau ministre de l'Agriculture envisage une simplification administrative pour le secteur agricole.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité