• IMALGENE®

    Anesthésique général injectable à base de kétamine


    Source : RCP du 29/03/2013

    Composition

    Solution injectable.
    IMALGENE® 500 :
    KETAMINE (s.f. de chlorhydrate) : 50 mg
    Chlorobutanol hémihydraté : 5 mg
    Excipients (dont eau ppi) q.s.p. : 1 ml
    IMALGENE® 1000 :
    KETAMINE (s.f. de chlorhydrate) : 100 mg
    Chlorobutanol hémihydraté : 5 mg
    Excipients (dont eau ppi) q.s.p. : 1 ml

    Propriétés

    Propriétés pharmacodynamiques :
    La kétamine bloque les influx nerveux au niveau du cortex cérébral avec une certaine activation des régions sous-jacentes. D'où un effet dissociatif de l'anesthésie avec, d'une part une narcose et une analgésie superficielles, et d'autre part l'absence de dépression bulbaire, la conservation du tonus musculaire et le maintien de certains réflexes (comme celui de la déglutition).
    Aux doses anesthésiques, la kétamine est bronchodilatatrice (effet sympathicomimétique), augmente la fréquence cardiaque et la tension artérielle, augmente la circulation cérébrale et la tension intra-oculaire.
    Ces caractéristiques peuvent être modifiées si le médicament est utilisé en association avec d'autres anesthésiques.
    Propriétés pharmacocinétiques :
    La kétamine est distribuée rapidement et complètement dans l'organisme. Sa liaison aux protéines plasmatiques est d'environ 50 %. Sa distribution dans les tissus est irrégulière, les concentrations les plus fortes ont été retrouvées dans le foie et les reins. La kétamine est métabolisée rapidement et complètement, mais la métabolisation diffère d'une espèce à l'autre.
    L'excrétion est principalement rénale.

    Indications

    Chez les équins, bovins, ovins, caprins, porcins, chiens, chats, oiseaux, animaux de laboratoire et animaux sauvages : contention, tranquillisation, anesthésie générale.

    Administration et posologie

    Voies I.M., I.V. ou I.P. (animaux de laboratoire).
    Posologies standard d'induction : 1 dose de 10 mg/kg de kétamine, soit 0,2 ml de la solution à 50 mg/ml par kg ou 0,1 ml de la solution à 100 mg/ml par kg.
    La voie d'administration et la prémédication doivent être adaptées au type d'intervention et à moduler selon le sujet.

     Voie I.V.
    (mg/kg) 
    Voie I.M.
    (mg/kg) 
    Voie I.P.
    (mg/kg) 
    Petits animaux :
    Chiens, chats (PM) 

    5 à 8 

    15 - 20 
     
    Gros et moyens animaux :
    Bovins
    Caprins, ovins
    Equins (PM)
    Porcins 

    5
    2 à 2,5
    3 à 5

    15
    10 à 20
    15
    15 à 20 
     
    Animaux de laboratoire :
    Primates
    Cobayes
    Hamsters
    Lapins
    Rats
    Souris 

    1 à 5
    10
    15
    15 à 20
    10
    35 

    5 à 20
    100 à 200
    200
    20 à 25
    100
    100 





    150
    150 
    Animaux sauvages (PM)
    1 kg
    6 kg
    15 kg
    Plus de 15 kg
    Plus de 200 kg 
     
    10
    12
    10
    7 à 8
    15 
     
    Oiseaux (PM)  
    12 - 20 
     


    Posologie d'entretien : des ré-injections sont possibles à la demande, dosées à la moitié de l'injection précédente.
    Prémédication : chez les carnivores domestiques, l'utilisation d'une prémédication est recommandée avec le diazépam (1 mg/kg en I.M. ou I.V.), la xylazine (1 mg/kg en I.M.ou I.V.) ou l'acépromazine (0,1 à 0,2 mg/kg en I.M.), 10 à 20 minutes avant l'induction du produit.


    Posologies hors AMM. Respecter la cascade (art. L.5143-4 du CSP)
    Posologie hors AMM chez les NAC :(1)
    — Chez les oiseaux (NAC) :
    Poids < 500 g : voie I.M., 0,75 à 1,25 ml/kg.
    Poids > 500 g : voie I.M., 0,5 à 1 ml/kg.
    Psittacidés : voies I.M. ou I.V., 25 à 50 mg/kg de kétamine seule.
    — Chez les reptiles : voies I.M. ou S.C., 0,25 à 1 ml/kg.
    Tortue : voie I.M., 40 à 80 mg/kg (0,8 à 1,6 ml/kg).
    Lézard : voie I.M., 30 à 50 mg/kg (0,6 à 1 ml/kg).
    Serpent : voie I.M., 30 à 100 mg/kg (0,6 à 2 ml/kg).
    Source : (1) Guide Thérapeutique Vétérinaire, animaux de compagnie, Editions du Point Vétérinaire, 2013

    Contre-indications

    Ne pas administrer aux sujets présentant :
    — une forte hypertension,
    — une déficience cardio-respiratoire,
    — un dysfonctionnement hépatique ou rénal.
    Ne pas utiliser pour des interventions chirurgicales oculaires.
    Pour les animaux traités par les organophosphorés, l'utilisation de la kétamine est à proscrire, toutefois le port d'un collier insecticide ne nécessite aucune précaution particulière.

    Effets indésirables

    Chez les animaux anesthésiés, principalement pendant et après la phase de réveil, des troubles cardio-respiratoires (arrêt cardiaque, hypotension, dyspnée, bradypnée, œdème pulmonaire) associés ou non avec des troubles neurologiques (convulsions, prostration, tremblements) et des troubles systémiques (hypersalivation, désordre pupillaire) ont été observés dans de rares cas.

    Précautions d'emploi

    Précautions d'emploi et mises en garde pour les espèces cibles :
    — L'utilisation de ce médicament, et des anesthésiques en général, doit faire l'objet d'une analyse bénéfice/risque de la part du vétérinaire. La décision d'utiliser ce médicament relève de sa responsabilité.
    — Du fait d'une incompatibilité chimique, ne pas associer dans la même seringue barbituriques ou diazépam, et kétamine.
    — Une prémédication vagolytique (atropine) est indispensable avant toute intervention sur la sphère digestive, les caudectomies et les otectomies.
    — Des clonies, ainsi qu'une excitation au réveil sont possibles. La fréquence de ces réactions d'excitation au réveil est considérablement réduite par l'absence de stimulation auditive, visuelle et tactile, et par l'administration préalable de diazépam.
    — Il est conseillé d'associer la kétamine à d'autres agents comportant un effet analgésique d'une durée d'action au moins égale à celle de la kétamine.
    — L'association avec d'autres agents pré-anesthésiques ou anesthésiques doit faire l'objet d'une évaluation bénéfice-risque qui prendra en compte la composition des médicaments utilisés et leurs doses, la nature de l'intervention ainsi que la classe ASA à laquelle l'animal appartient. Les doses recommandées sont susceptibles de varier en fonction de l'association anesthésique utilisée. L'administration préalable d'un anticholinergique tel que l'atropine ou le glycopyrrolate pour contrôler la survenue d'effets indésirables, en particulier de l'hypersalivation, peut être envisagée après une évaluation bénéfice/risque par le vétérinaire.
    — Pour des interventions chirurgicales majeures et très douloureuses, ainsi que pour l'entretien de l'anesthésie, l'association avec un anesthésique injectable ou un anesthésique gazeux est nécessaire.
    — Etant donné que la relaxation musculaire indispensable pour les interventions chirurgicales ne peut être atteinte avec la kétamine seule, l'addition d'un myorelaxant s'avère nécessaire.
    — Pour une meilleure anesthésie ou pour une prolongation de l'effet, la kétamine peut être associée à des agonistes alpha-2-adrénergiques, à des anesthésiques, à des neuroleptiques, à des tranquillisants et à des agents anesthésiques gazeux.
    — L'injection intramusculaire du produit peut être douloureuse.
    Précautions en cas de gravidité ou de lactation :
    L'innocuité du produit n'ayant été établie chez la femelle pendant la gestation et la lactation, son utilisation ne doit se faire qu'après évaluation du bénéfice/risque par le vétérinaire.
    Interactions :
    Les neuroleptiques, les tranquillisants et le chloramphénicol potentialisent l'anesthésie à la kétamine.
    Les barbituriques, les opiacés et le diazépam peuvent prolonger la phase de réveil.
    Les effets pouvant s'additionner, une diminution de la posologie de l'un ou des 2 agents peut s'avérer nécessaire.
    Il existe une possibilité de risque accru d'arythmies cardiaques lorsque la kétamine est utilisée en association avec du thiopental ou l'halothane. L'halothane prolonge la demi-vie de la kétamine.
    L'administration simultanée en intraveineuse d'un anti-spasmodique peut provoquer un collapsus.
    La théophylline associée à la kétamine peut provoquer une augmentation de l'incidence des crises d'épilepsie.
    Lorsque la détomidine est utilisée en association avec la kétamine, la récupération est plus lente que lorsque la kétamine est utilisée seule.
    Surdosage :
    Si nécessaire maintenir artificiellement une ventilation et un débit cardiaque suffisants jusqu'à ce que la ventilation et le débit cardiaque spontanés reviennent à la normale.
    Précautions pour l’utilisateur :
    En cas d'auto-injection accidentelle, demander immédiatement conseil à un médecin et lui montrer la notice ou l'étiquetage. Cependant, ne conduisez pas car le produit peut entraîner une sédation.

    Temps d'attente

    Viandes et abats : zéro jour.
    Lait : zéro jour.

    Catégorie

    Liste I.
    A ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.
    Délivrance interdite au public - Stupéfiant. Administration exclusivement réservée aux vétérinaires.

    Conservation

    A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.
    Durée de conservation après première ouverture : 28 jours.

    Présentation(s)

    • IMALGENE® 500 :
    A.M.M. FR/V/2881849 4/1992
    Flacon ponctionnable de 10 ml

    GTIN 03661103003205

    • IMALGENE® 1000 :
    A.M.M. FR/V/0167433 4/1992
    Flacon ponctionnable de 10 ml

    GTIN 03661103003199



    MERIAL SAS

    Direction Opération France
    29, avenue Tony Garnier
    69007 LYON
    Tel. : +33 (0)4 72 72 30 00
    Dernière version de la monographie : 23/02/2017

    Mise à jour :
    Nouveau : Au 24 avril 2017, les médicaments vétérinaires injectables contenant de la kétamine seront classés comme stupéfiants (voir Arrêté du 19/01/2017 publié au JO le 26/01/2017).

Pour bénéficier de l'accès total à cette page, vous devez être abonné au DMV et être identifié(e).

Déjà abonné ? Identifiez-vous


  Mot de passe oublié ?

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité