• RÉCEPTAL®

    Analogue de l'hormone de libération des gonadostimulines (GnRH) pour juments, vaches, cochettes et lapines


    Source : RCP du 03/01/2017

    Composition

    Solution injectable :
    BUSERELINE (s.f. d'acétate) : 0,004 mg
    Alcool benzylique : 20 mg
    Excipients q.s.p. : 1 ml

    Propriétés

    Propriétés pharmacodynamiques :
    La buséréline est un nonapeptide analogue synthétique de la gonadoréline (GnRH), qui comporte 10 acides aminés. Sa forte activité (comparée à la GnRH naturelle) est due à sa grande affinité pour les récepteurs pituitaires LHRH et à sa lente dégradation (due à la substitution de son 6e acide aminé).
    La buséréline stimule la synthèse et la libération des gonadotrophines sécrétées par l'hypophyse antérieure : les hormones lutéinique (LH) et folliculo-stimulante (FSH). Le rôle de ces hormones LH et FSH étant déterminant dans la maturation du follicule préovulatoire, la buséréline induit l'ovulation. Les follicules kystiques régressent après administration de buséréline, permettant l'apparition d'une nouvelle vague folliculaire.
    L'administration d'une dose plus élevée que la dose recommandée ne génère pas des concentrations de LH et de FSH supérieures.
    Propriétés pharmacocinétiques :
    Après administration intramusculaire, la buséréline est rapidement absorbée.
    Chez les bovins, le pic de concentration plasmatique est obtenu 1 heure plus tard (environ 20 ng/ml).
    Six heures après l'injection, les concentrations plasmatiques de buséréline sont indétectables. Les pics de concentrations en FSH sont détectés 1-3 heures après l'injection de buséréline.
    Chez les porcins mâles castrés, après l'injection de buséréline à la dose de 10 µg par animal, le pic plasmatique de LH (environ 9 ng/ml) survient après 1,5 heure en moyenne.
    La buséréline s'accumule principalement au niveau hépatique, rénal et hypophysaire (organe cible). Elle est alors métabolisée par action enzymatique avec la production de composés sans activité pharmacologique. Ces composés sont rapidement excrétés dans les urines.
    La buséréline est inactive après administration par voie orale.

    Indications

    • Chez les juments :
    — Induction de l'ovulation.
    — Traitement du syndrome kystique folliculaire.
    • Chez les vaches :
    — Induction de l'ovulation chez les femelles à ovulation nulle ou retardée.
    — Traitement de l'anœstrus post-partum.
    — Traitement du syndrome kystique folliculaire.
    — Induction et synchronisation de l'oestrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F2a (PGF2a) - ou analogue - avec ou sans progestagène, dans le cadre d'un protocole d'insémination artificielle programmée.
    • Chez les cochettes nullipares cyclées : induction de l'ovulation après synchronisation de l'œstrus, dans le cadre de l'utilisation d'une insémination artificielle unique à un moment prédéterminé.
    • Chez les lapines : induction de l'ovulation.

    Administration et posologie

    Voie I.M. de préférence.
    Les voies I.V. ou S.C. peuvent également être utilisées en une administration unique.
    Juments :
    - Induction de l'ovulation : 10 ml par animal (40 µg de buséréline), au moment de l'insémination.
    - Traitement du syndrome kystique folliculaire : 10 ml par animal (40 µg de buséréline).
    Vaches :
    - Induction de l'ovulation chez les femelles à ovulation nulle ou retardée : 2,5 ml par animal (10 µg de buséréline), le jour de l'insémination, ou bien entre le 13e et le 15e jour du cycle.
    - Traitement de l'anœstrus post-partum et traitement du syndrome kystique folliculaire : 5 ml par animal (20 µg de buséréline).
    Le choix du protocole à utiliser doit être effectué par le vétérinaire responsable du traitement, basé sur des objectifs de traitement du troupeau ou des vaches.
    Les protocoles suivants ont été évalués et peuvent être utilisés :
    - Induction et synchronisation de l'oestrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F2a (PGF2a) – ou analogue - chez les vaches cyclées :
    . Jour 0 : Injecter 2,5 ml de solution par animal, soit 10 µg de buséréline.
    . Jour 7 : Injecter la PGF2a ou analogue (dose lutéolytique).
    . Jour 9 : Injecter 2,5 ml de solution par animal, soit 10 µg de buséréline.
    . Insémination artificielle 16 à 20 heures après la seconde injection du produit ou au moment de l’oestrus s’il est observé plus tôt.
    Alternativement :
    . Jour 0 : Injecter 2,5 ml de solution par animal, soit 10 µg de buséréline.
    . Jour 7 : Injecter la PGF2a ou analogue (dose lutéolytique).
    . Insémination artificielle sur observation de l’oestrus.
    - Induction et synchronisation de l'oestrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F2a (PGF2a) – ou analogue – et un dispositif intravaginal progestagène chez les vaches cyclées et non cyclées :
    . Jour 0 : Injecter 2,5 ml de solution par animal, soit 10 µg de buséréline, et poser le dispositif de diffusion de progestagène à libération prolongée.
    . Jour 7 : Retirer le dispositif progestagène et injecter la PGF2a ou analogue (dose lutéolytique).
    . Jour 9 : Injecter 2,5 ml de solution par animal, soit 10 µg de buséréline.
    . Insémination artificielle 16 à 20 heures après.
    Cochettes nullipares cyclées : 2,5 ml par animal (10 µg de buséréline).
    L'administration de buséréline doit être faite 115-120 heures après la fin du traitement de synchronisation par un analogue de la progestérone (altrénogest).
    Une seule insémination artificielle est ensuite réalisée 30-33 heures après l'administration de RECEPTAL®.
    Lapines : 0,2 ml par animal (0,8 µg de buséréline) au moment ou juste avant la saillie ou l'insémination.
    Ne pas percer le bouchon plus de 10 fois.

    Précautions d'emploi

    Utilisation en cas de gravidité ou lactation :
    L'innocuité en cours de gestation n'a pas été démontrée.
    Le médicament peut être utilisé pendant la lactation.
    Incompatibilités :
    Les résidus d'alcool et de désinfectants peuvent affecter l'activité de la buséréline.
    Surdosage :
    En cas d'administration répétée de 3,5 ml de produit, une baisse de la consommation alimentaire peut être observée chez la cochette après la 2e injection. Cet effet est transitoire et ne nécessite pas de traitement particulier.
    Précautions particulières pour l’utilisateur :
    En raison des effets potentiels sur la fonction reproductrice, les femmes en âge de procréer doivent manipuler le produit avec précaution. Les femmes enceintes ne doivent pas administrer le produit.
    Eviter tout contact avec la peau et les yeux.
    En cas de contact accidentel avec les yeux, rincer à grande eau. En cas de contact avec la peau, laver immédiatement la zone exposée à l'eau et au savon, car les analogues de la GnRH peuvent être absorbés par la peau.
    Lors de l'administration, s'assurer que les animaux font l'objet d'une bonne contention et que l'aiguille est protégée jusqu'au moment de l'injection, afin d'éviter toute injection accidentelle. En cas d'auto-injection, consulter un médecin et lui montrer la notice ou l'étiquette.

    Temps d'attente

    Viandes et abats : zéro jour.
    Lait : zéro jour.

    Catégorie

    Liste I.
    A ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.
    Accessible aux groupements agréés pour les productions bovine, porcine et cunicole.

    Conservation

    Durée de conservation : 18 mois.
    Après première ouverture : 28 jours.
    Conserver dans l'emballage d'origine, à une température ne dépassant pas 25°C.

    Présentation(s)

    A.M.M. FR/V/7159007 1/1982
    Boîte de 5 flacons verre de 10 ml

    GTIN 08713184046147

    Boîte de 10 flacons verre de 2,5 ml

    GTIN 08713184054579

    Boîte de 1 flacon de 50 ml

    GTIN 08713184130259

    MSD Santé Animale (INTERVET)

    7, rue Olivier de Serres
    Angers Technopole - CS 17144
    49071 BEAUCOUZE CEDEX
    Tél. : 02.41.22.83.83

    info.fr.ah@merck.com

    Dernière version de la monographie : 08/02/2017

    Mise à jour :
    Modification (nouveau RCP) : précautions femmes enceintes détaillées.

Pour bénéficier de l'accès total à cette page, vous devez être abonné au DMV et être identifié(e).

Déjà abonné ? Identifiez-vous


  Mot de passe oublié ?

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Sondage de la semaine

Jacques Mézard, sénateur du Cantal, est nommé ministre de l’Agriculture. Vous diriez plutôt que :

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité