Question :

Relations au travail

Vétérinaire employeur face à vétérinaire employé dans le choix des traitements pratiqués dans la clinique. Sachant qu'un vétérinaire a toute liberté de prescription, qu'il porte la responsabilité de ses choix, mais que l’employeur est responsable de ses employés et l’employeur prend aussi les risques face à la satisfaction de la clientèle, à l’image de la clinique : le vétérinaire employeur peut-il imposer de ne pas faire certains types de traitements, s'il s'agit de techniques ou de traitements ne font pas partie de la formation de base des écoles telles que methode Niromathé, homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, etc. ? Peut-il autoriser leur pratique à condition qu’une formation reconnue ait été suivie ? Comment définir une formation reconnue ? Puis-je imposer que la formation soit reconnue par le Conseil National Vétérinaire de la Formation Continue et Complémentaire, par exemple ?



Cette page est réservée aux membres du site lepointveterinaire.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


A propos de l'auteur
Jean-Pierre Kieffer


Doté d'une expérience de 36 ans en pratique canine, Jean-Pierre Kieffer (T 75) a exercé en région parisienne. Il a également assumé des responsabilités syndicales au niveau national pendant une vingtaine d'années, ainsi que des responsabilités ordinales régionales pendant 12 ans à la Commission d’examen des contrats de travail.

Négociateur des conventions collectives vétérinaires, au titre de la représentation patronale, il a également dispensé des formations de droit du travail, destinées aux entreprises vétérinaires. Jean-Pierre Kieffer est l'un des auteurs de La Semaine Vétérinaire, traitant les sujets qui touchent au droit du travail.