• Mage C, Reynal P-H
  • PV 212
  • Janvier-février 2001
  • : Bovins

  • Bibliographie
    1. C. MAGE, P-H. REYNAL : Epidemiological observation of coccidiosis in suckler calves in France. Coccidia and coccidiomorphes. Vth International Coccidiosis Conference. 1989. Edit. INRA 457-460
    2. C. MAGE, P-H. REYNAL, C. CHASTELOUX : La coccidiose chez les veaux limousins sous la mère. Rev. Med. Vét. 1990, 141, 8-9, 671 - 676.
    3. MARSHALL R.N., CAPTCHPOLE J., GREEN J.A., WEBSTER K.A. : Bovine coccidiosis in calves following turnout. Vet. Rec. 1998, 143, 366-367.
    4. P-H. REYNAL, C. MAGE : Coccidioses et cryptosporidioses. Bull. GTV. 1991, 6, 111-123.
    5. SCHILLHORN VAN VEEN T.W. : Coccidiosis in ruminants. Beef. 1986, 8-10, 52-58.
    6. Résumé des caractéristiques du produit Vecoxan® (Janssen-Cilag) approuvé en juillet 1998 par l'Agence nationale du médicament vétérinaire (AFSSA).

  • Pour en savoir plus...
  • Les deux articles du Point Vétérinaire Spécial Parasitologie des ruminants (1997) sur les coccidioses, avec :
    - Le cycle des coccidies et des cryptosporidies par R. CHERMETTE, p 10-11
    - La Conduite à tenir devant une suspicion de coccidiose par M. NACIRI et P. REYNAL (p 111-118) en y détaillant les moyens de lutte.

  • La répartition des différentes espèces de coccidies dans les prélèvements chez les veaux.
    Identification des espèces de coccidies dans l'essai 1.

    J0 J7 J14
    Lot I Lot II Lot I Lot II Lot I Lot II
    Ookystes totaux (o.p.g.) 1920 1460 180 30 40 10
    E. alabamensis 23 % 12 % 12 % 20 % 10 %
    E. bovis 39 % 46 % 31 % 40 % 40 % 20 %
    E. subsphérica 8 % 6 %
    E. zuernii 5 % 2 % 4 %
    E. ellipsoïdalis 1 %
    E. wyomingensis 22 % 30 % 53 % 40 % 50 % 80 %
    E. auburnensis
    E. cylindrica 8 % 3 %


  • L'évaluation des temps d'attente
    Le diclazuril en suspension orale à 0,25 % (Vecoxan®) a obtenu son AMM en 1998 avec une indication validée chez les agneaux comme traitement préventif des coccidioses à 1 mg/kg (prise unique). Le diclazuril fait partie des molécules pour lesquelles les résidus éventuels sont considérés comme non dangereux pour le consommateur (annexe II du règlement LMR). Il n'est pas nécessaire d'appliquer un temps d'attente à la suite du traitement.
    Chez les veaux, la dose d'emploi testé ici est identique (1 mg/kg). Concernant le temps d'attente chez les veaux, comme chez les agneaux, il n'apparaît pas nécessaire d'en appliquer un par précaution, à la lecture du rapport d'évaluation de l'Agence européenne du médicament sur la LMR du diclazuril.

  • Le rapport d'évaluation de l'EMEA (format pdf)

  • Fréquence et gravité
    Les coccidies sont un des premiers parasites intestinaux qui infeste les veaux et qui au cours de la première année est responsable de cas cliniques de coccidiose.Le développement de la coccidiose clinique chez les veaux n'est pas prévisible et ne prend pas d'allure enzootique. L'examen des matières fécales des ruminants révèle presque toujours des ookystes ? Un stress, changement d'habitat ou d'alimentation de température… peut entraîner une multiplication intense du parasite et provoquer des effets cliniques. La maladie est fonction de la pathogénicité des espèces : E. bovis et E. zuernii sont les deux espèces les plus pathogènes et les plus fréquentes chez les bovins. Dans tous les élevages, E. bovis domine en fréquence E. zuernii, qui lors de précédentes observations était jusqu'à présent l'espèce pathogène majeure.


  • En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...