• Rupert R
  • PV 268
  • Septembre 2006

Résultats sanguins de la vache H

J0 J0 J3 J7 Norme
T4 (nmol/l) 20,3 25,3 21,2 15,4 60 à 100
IIP (µ/l) < 1 1072 542 18 > 105
GSH-pxe (U/g Hb) 127 250 à 600
Ca (mg/l) 150 80 à 124
P (mg/l) 61 40 à 86

Le statut phospho-calcique de la vache H, en décubitus, est normal, mais une carence en iode et en sélénium apparaît.

Résultats sanguins de la vache J
J0 J0 J3 J7 Norme
T4 (nmol/l) 24,7 26,2 33,3 60 à 100
IIP (µg/l) 18 1470 1357 > 105
GSH-pxe (U/g Hb) 129 250 à 600
Ca (mg/l) 60 100 80 à 124
P (mg/l) Non déterminé Non déterminé 40 à 86

Une hypocalcémie est avérée et corrigée sur cette autre vache en décubitus. Seul le traitement à base d'iode, puis l'administration d'hormone thyroïdienne, permet d'obtenir le relever sans hésitation.

Métabolisme des hormones thyroïdiennes [2, 6]


Les hormones thyroïdiennes sont produites par les follicules thyroïdiens qui sont les unités fonctionnelles. Ces follicules sont constitués d'un épithélium, formé par les thyrocytes, englobant un espace acellulaire contenant la colloïde. Ce dernier est riche en thyroglobuline nécessaire à la synthèse et au stockage des hormones thyroïdiennes.
La thyroïde capte l'iode circulant dans le plasma par transport actif assuré par un symporteur membranaire sodium-iodure. Ce symporteur fonctionne en fixant en même temps un ion sodium et un ion iodure, mais en n'utilisant que le gradient de concentration du sodium. Dans ces conditions, 20 % des iodures circulants sont captés en permanence conduisant à une concentration de ces iodures dans les thyrocytes 20 à 50 fois supérieure à la concentration plasmatique.
Les ions iodures ainsi captés sont ensuite transportés passivement vers la membrane apicale du thyrocyte où ils se lient à des résidus de tyrosine de la thyroglobuline avec l'aide de la thyroperoxydase, enzyme séléno-dépendante. La fixation s'effectue, soit sous forme de mono-iodotyrosine (MIT), soit sous forme de di-iodotyrosine (DIT). Le couplage de deux DIT ou d'une DIT et d'une MIT, au sein de la thyroglobuline, permet la formation de tétraiodothyronine (T4 ou thyroxine) ou de triiodothyronine (T3). La thyroglobuline contient donc des hormones thyroïdiennes (T4 et T3), ainsi que les précurseurs de ces hormones (MIT et DIT), en proportions variables. La thyroglobuline-iodée est libérée dans la colloïde où elle est mise en réserve.
Les thyroglobulines repassent ensuite dans le thyrocyte par endocytose au niveau du pôle apical. Les vésicules d'endocytose fusionnent avec des lysosomes et les thyroglobulines sont dégradées pour libérer les hormones T4 et T3 qui gagnent la circulation sanguine. La T4 est une prohormone de la T3. La T4 est une forme de circulation et la T3 est la forme active. La T3 est principalement issue de la conversion de la T4 sous l'action de désiodases qui sont séléno-dépendantes elles aussi.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...