• Vandaële E
  • PV 223
  • Mars 2002

Pour en savoir plus
A- Complément.
La place de l'interféron oméga dans les cytokines.
Les cytokines, qui incluent les interférons, les interleukines, sont des glycoprotéines. Elles ont pour caractéristiques communes d'être sécrétées par une cellule productrice qu'après un stimulus (virus, bactérie, substance chimique…) en quantités infimes (de l'ordre du nanomol/litre). Sans stimulus, il n'y a pas de cytokines. Ces cytokines agissent sur des récepturs situés à la surface desn cellules cibles. Elles peuvent ainsi agir en réseaux car elles sont nombreuses (plusieurs dizaines chez l'homme) et sont classées en cinq catégories selon leurs effets.
Les interférons sont des cytokines particulières. Là encore, il n'y a pas un interféron mais plusieurs : a, b, w, t, d, g. Les interférons sont toutefois regroupés deux grands types selon leurs effets : les interférons de type 1 (a, b, w, t, d) et de type 2 (g).
 
Les deux types d'interférons et leurs effets

Interféron Type 1
Sous-type a, b, w (t, d)
Type 2
Sous-type g
Cellules sécrétrices Nombreuses cellules Lymphocyte T et Natural Killer
Activité antivirale +++ +
Immunomodulation ++ ++++
Antiprolifératif ++ +

L'interféron oméga (contenu dans Virbagen Omega®) a surtout une activité antivirale.
 
 
 
B- Comprendre sur l'Internet.
Le site internet http://www.virbagenomega.com permet de comprendre à travers des animations le mode d'action des interferons. Ce site en français et anglais est prévu pour être traduit dans les principales langues européennes.
 
 
 
C- Principales références documentaires.
 
De nombreux essais inclus dans le dossier d'enregistrement européen ou japonais (Virbagen Omega® ou Intercat®) de ce médicament ont servis de base pour la rédaction de l'article. Peu sont à l'heure actuelle publiés dans des revues à comité de lecture. Certains ont fait l'objet de présentations publiques dans les congrès internationaux (ESVIM pour l'essai sur les chats FeLV en pahse symptomatique notamment).
 
1- Documentation des autorités d'évalutation et  d'enregistrement
 
- Agence européenne d'évalauation du médicament (EMEA) sur Virbagen Oméga®. 2001 et 2002.
-Opinion favorable, publié le 26 juillet 2001 (une page au format pdf).
- Résume des caractéristiques du produit (en anglais)
- Rapport d'évaluation européen (EPAR, 41 pages en anglais).
 
- Descriptif de l'AMM japonaise de février 1999 et australienne de novembre 2001.
 
2- Autres références
 
Sur les interférons et le mode d'obtention.
 
-       Bauvois Brigitte et Wietzerbin Juana (INSERM, unités interférons et cytokines). Interférons in small animal medicine. 2001. 31 pages
 
-       Yoshizumi Ueda et coll. Molecular cloning of feline interferon cDNA by direct expression and its mass production using silkworm. Riken Review, 1999, N° 22 , 20-21.
 
-       Sakurai T et coll. Feline interferon production in silkworm by recombinant baculo
 
 
Traitement par l'interferon oméga de la parvovirose canine. 
 
-       Minagawa, T.; Ishiwata, K.; Kajimoto, T. Feline interferon omega treatment on canine parvovirus infection. Veterinary Microbiology, 1999, Vol.69, No.1/2, 51-53. Abstract : Recombinant feline interferon- preparation (rFeIFN-, INTERCAT) showed good clinical efficacy on canine parvovirus infection both in an experimental trial with 19 four-month-old beagles, and in field trials on 93 dogs at 33 veterinary clinics in Japan. No adverse effects were observed in any dogs.
 
-       Ishiwata, K.; Minagawa, T.; Kajimoto, T. Clinical effects of the recombinant feline interferon- on experimental parvovirus infection in Beagle dogs. Journal of Veterinary Medical Science, 1998, Vol.60, No.8, pp.911-917. Abstract : 29 Beagle dogs were used to study the effects of recombinant feline interferon- (rFeIFN-) on clinical course of canine parvovirus type-2 (CPV-2) infection. Dogs were infected orally with 107 TCID50 of CPV-2 (cc 238 strain). Pyrexia, vomiting, anorexia and diarrhoea were observed in most dogs 4 days after infection. Infected dogs were treated i.v. with rFeIFN- at 1 mega unit/kg body weight or with physiological saline for 3 consecutive days between 4 and 7 days after infection. Seven of 17 dogs treated with physiological saline had haemorrhagic diarrhoea and severe clinical enteritis; one dog died 6 days after infection. Four of 12 dogs treated with rFeIFN- showed severe clinical enteritis associated with intermittent diarrhoea. Most rFeIFN-omega-treated dogs had a mild form of enteritis. Vomiting and anorexia were also improved by treatment with rFeIFN-. It is suggest that rFeIFN- can alleviate enteritis caused by CPV-2 infection in dogs.
 
-       Minagawa, T.; Ishiwata, K.; Kajimoto, T. Feline interferon  omega treatment on canine parvovirus infection. First international meeting Virology of carnivores, Utrecht, The Netherlands, 13-15 may 1998.
 
-       Eun H.M. ; Mähl Ph. ; Lebreux B. Efficacy of omega interferon of feline origin in canine parvovirus disease. 2001. 16 pages. (documentation Virbac).
 
 
Traitement par l'interferon oméga de la calicivirose féline.
 
-       Belin P.H. Use of recombinant omega interferon of feline origin for the treatment of feline calicivirosis. 2001. 10 pages.
 
-       Uchino T. et coll. Effects of KT-80 on feline calicivirus in second field trials infection. Results of 2,5 MU/kg administration. Trial report. 27 pages plus annexes. 
 
Traitement par l'interferon oméga des retroviroses félines.
 
-       Gardey L. Treatment of feline retroviruses infections : current therapies and prospective use of omega interferon. 2001. 10 pages.
 
-       Maynard L. ; De Mari K. ; Lebreux B. Efficacy of a recombinant feline omega interferon in the treatment of symptomatic felv or FeLV and FIV positive cats. Communication ESVIM Neuchâtel 2001 (Suisse).


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...