Welcome to the Veterinary School of Lyon

Nicolas NOËL
Liens utiles :
http://www.avma.org
http://www.eaeve.org/evaluation
| 27.01.2014 à 11:24:07 |
©

En mars prochain, nous verrons aboutir une procédure qui fut entamée il y a maintenant près de 10 ans en vue de faire évaluer notre chère école vétérinaire lyonnaise auprès de l’association américaine de médecine vétérinaire.

L’AVMA (American Veterinary Medical Association) est une organisation professionnelle nord-américaine en charge de plusieurs missions dont celle de procéder à l’évaluation des établissements vétérinaires américains, canadiens et étrangers. En Europe seules cinq universités vétérinaires étaient accréditées en 2012.
Comme avec l’AEEEV (Association Européenne des Etablissements d’Enseignement Vétérinaire, auprès de laquelle VetAgro Sup, campus vétérinaire de Lyon est déjà accréditée), l’évaluation positive confirme que la formation dispensée par l’établissement et le fonctionnement de celui-ci sont de qualité et conformes aux standards définis par l’association en question. Elle permet de favoriser les échanges d’étudiants et d’enseignants-chercheurs. De plus, un étudiant qui terminerait sa scolarité dans un établissement accrédité se verrait décerner une reconnaissance de l’enseignement dispensé dans les pays représentés par l’association évaluative.


      En octobre 2005, une première visite consultative d’une délégation de l’AVMA avait permis à cette dernière d’isoler des points forts et de dresser une liste d’insuffisances à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon telles que la vétusté de la salle de travaux pratiques d’anatomie (un nouveau bâtiment a été construit ), un meilleur respect des conditions de biosécurité, la vétusté des hôpitaux pour ruminants (rénovés pour les grands ruminants et  pour les petits en 2013), la possibilité d’isolement des grands animaux contagieux (mise en place d’un boxe d’isolement depuis 2013), l’évaluation des compétences cliniques des étudiants (portefeuilles de compétences à remplir en fin de chaque semaine mis en place progressivement) et la possibilité d’avoir un retour des étudiants et des employeurs  toujours en vue d’améliorer sans cesse l’enseignement (instauration de questionnaires de satisfaction et boite à idées). On peut notamment associer à la réalisation de ce projet Gilles Bourdoiseau (directeur général adjoint de VetAgro Sup, responsable du campus vétérinaire de Lyon), Françoise Grain (directrice de l’enseignement et de la vie étudiante) et Jean-Luc Cadoré (professeur de médecine interne) et toute une équipe travaillant dans les finances, les ressources humaines ou encore à la bibliothèque. Ceci a conduit, après 8 années d’efforts, à la visite complète du campus par une délégation de l’AVMA du 23 au 26 septembre dernier.
Lors de la restitution orale à l’issue des quatre jours d’enquête, le président du groupe de visite a chaudement salué l’école et mis en avant la qualité et la motivation de ses enseignants, personnels et étudiants, ses locaux et son organisation. La commission a tout particulièrement souhaité mettre en avant la participation de  ceux qu’elle a eu l’occasion de croiser ou d’interviewer et a signalé la qualité de l’accueil.


      L’école  a reçu, le 11 novembre dernier, un rapport provisoire synthèse de la lecture du rapport d'auto-évaluation et de la visite effectuée en septembre. De nombreux points forts ont été isolés tels qu’une bonne gestion générale de l’établissement, des conditions correctes de biosécurité, une activité satisfaisante dans de nombreuses unités dont la reproduction équine, la clinique rurale (Unité de Clinique Rurale de l’Arbresle), la possibilité de choix de filière en 5ème année, le CNITV (Centre National d’Informations Toxicologiques Vétérinaires), les programmes de recherche... Quant aux points négatifs, le seul point problématique, à savoir le fait que « l’école et ses enseignants doivent être actifs dans le processus de recrutement des étudiants », a été validé car l’AVMA, après analyse, a compris qu’il s’agissait là de la loi française et que la sélection restait égalitaire et pertinente. Les autres points à améliorer sont, entre autres, de veiller à ce que la balance financière suive la croissance du nombre d’étudiants sans léser les moyens alloués à l’enseignement à l’échelle individuelle, de développer aussi le suivi de la progression de l’étudiant en stage (améliorer les questionnaires à remplir par les employeurs), d’harmoniser les trois secteurs cliniques ou encore de démontrer qu’on est capable de faire acquérir aux étudiants les 9 compétences définies par l’AVMA, confère le site de l’association.


      A ce stade, il est intéressant de paraphraser Gilles Bourdoiseau qui nous fait partager une de ses réflexions caricaturant la différence d’état d’esprit des français et des états-uniens : en France, si on a montré qu’on était bon, on se considère ainsi à vie. Si on est mauvais, on recommence. Aux Etats-Unis, quel que soit son statut, la seule et unique préoccupation est de réfléchir à la manière de s’améliorer.


      L’avis final sera transmis après la réunion du « Council of Education » de l’AVMA qui se tiendra en mars 2014. D’ici là, VetAgro Sup devra proposer des réponses aux recommandations reçues par écrit.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...