En quelques années, les contraintes administratives pesant sur la profession n’ont cessé de croître. Avec le classement de la kétamine comme stupéfiant et la publication du décret sur la déclaration de toute cession d’antibiotiques, la donne ne changera pas en 2017. En avril, les praticiens devront encore faire face à une complexité de procédures toujours plus chronophages. La déclaration des ...