13/01/2009 | Le Point Vétérinaire.fr

Quatre niveaux de risque sont définis pour les chiens mordeurs

Les mesures se précisent pour les chiens mordeurs, ainsi que pour la cession des chiens. De récentes parutions au Journal officiel en définissent les contours.
Concernant les chiens mordeurs, le décret relatif à l’évaluation comportementale, qui doit être effectuée par un vétérinaire, définit quatre niveaux de risque.
Les animaux classés en niveau 1 n’affichent aucun risque particulier de dangerosité en dehors de ceux inhérents à l’espèce canine.
Le niveau 2 concerne les chiens qui présentent un risque de dangerosité faible pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Le niveau 3 s’applique à ceux dont le risque de dangerosité est critique pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Le niveau 4 , enfin, concerne les chiens qui présentent un risque de dangerosité élevé pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Selon le niveau de classification de l ’animal, un suivi et des mesures préventives pourront être proposées par les praticiens. Un renouvellement de l’évaluation est en outre prévu, dans un délai maximal de trois ans pour une classification en niveau 2, de deux ans pour le niveau 3 et d’un an pour le niveau 4.
Par ailleurs, lorsque ce dernier est atteint, « le vétérinaire informe le détenteur ou le propriétaire du chien qu’il lui est conseillé de le placer dans un lieu de détention adapté ou de faire procéder à son euthanasie », stipule le décret.
Un message qui sera peut-être délicat à faire passer.

M Neveux

Extrait du supplément ASV 24 de

1340

Les mesures se précisent pour les chiens mordeurs, ainsi que pour la cession des chiens. De récentes parutions au Journal officiel en définissent les contours.
Concernant les chiens mordeurs, le décret relatif à l’évaluation comportementale, qui doit être effectuée par un vétérinaire, définit quatre niveaux de risque.
Les animaux classés en niveau 1 n’affichent aucun risque particulier de dangerosité en dehors de ceux inhérents à l’espèce canine.
Le niveau 2 concerne les chiens qui présentent un risque de dangerosité faible pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Le niveau 3 s’applique à ceux dont le risque de dangerosité est critique pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Le niveau 4 , enfin, concerne les chiens qui présentent un risque de dangerosité élevé pour certaines personnes ou dans certaines situations.
Selon le niveau de classification de l ’animal, un suivi et des mesures préventives pourront être proposées par les praticiens. Un renouvellement de l’évaluation est en outre prévu, dans un délai maximal de trois ans pour une classification en niveau 2, de deux ans pour le niveau 3 et d’un an pour le niveau 4.
Par ailleurs, lorsque ce dernier est atteint, « le vétérinaire informe le détenteur ou le propriétaire du chien qu’il lui est conseillé de le placer dans un lieu de détention adapté ou de faire procéder à son euthanasie », stipule le décret.
Un message qui sera peut-être délicat à faire passer.

M Neveux

Extrait du supplément ASV 24 de

1340

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Ce mémo a été construit pour vous aider dans les situations d’urgence du chien et du chat. Il vous permet une recherche rapide et aisée des principaux syndromes ou affections.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité