18/05/2011 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Mycoses

Les teignes

Cette mycose cutanée est due à des champignons parasites microscopiques. Elle touche les carnivores domestiques, les rongeurs, les lagomorphes, les oiseaux, les chevaux et les bovins. Cette affection contagieuse est la zoonose professionnelle à laquelle les auxiliaires sont le plus exposés.

Les lésions générées par la teigne sont rondes et dépilées, et peuvent être squameuses ou croûteuses. Un kérion (nodule dur et purulent) peut aussi se former, sur un membre ou la face le plus souvent. Les lésions ne sont pas prurigineuses, sauf chez les rongeurs. Cependant, certains chiens et chats peuvent se gratter, lors de surinfection chez les animaux immunodéprimés ou d’infestation par les puces. L’application locale de solutions ou de crèmes antifongiques est, la plupart du temps, insuffisante et doit être complétée par un traitement oral de plusieurs semaines.

Chez l’homme, la maladie se développe sous la forme d’herpès circiné (des cercles rouges et squameux sur la peau qui s’élargissent et sont prurigineux), ou de kérions (notamment sur la tête), et peut s’aggraver chez les personnes immunodéprimées. Le traitement humain est long et peut être contre-indiqué chez les femmes enceintes.

L’homme et l’animal peuvent aisément se contaminer La maladie peut être transmise par contact direct (avec un animal infesté) ou indirect (avec une surface où l’animal est passé). Les champignons peuvent être disséminés dans le milieu extérieur sous forme de spores résistantes (jusqu’à dix-huit mois).
De plus, un animal infesté peut être porteur sain et ne présenter aucune lésion. L’homme, comme l’animal, est donc susceptible de se contaminer facilement, ce qui implique des précautions particulières pour les ASV.


Le vétérinaire diagnostique une teigne soit par l’observation des lésions à la lampe de Wood, soit par l’examen de poils au microscope, ou par la mise en culture. Si un animal est suspect de teigne, l’auxiliaire joue un rôle dans la prévention de la transmission de la maladie. Porter des gants jetables pour tenir l’animal et/ou bien se laver les mains après l’avoir touché, ou avoir touché la table sur laquelle il était, ou du matériel avec lequel il a été en contact par exemple, permet d’éviter de contracter la teigne ou de contaminer d’autres animaux. Il est nécessaire de nettoyer, le plus rapidement possible, avec un produit fongicide les zones et le matériel touchés par l’animal, d’éviter le contact des autres animaux avec le sujet suspect (ou les endroits qu’il a touchés), de changer de blouse si l’animal a été porté et de laver à 60 °C tout tissu qui a été en contact avec lui. Il est possible de dispenser des conseils relatifs à ces précautions aux propriétaires. Si des bovins ou des chevaux sont atteints, l’éleveur doit changer de vêtements et de bottes après s’être occupé de ses animaux, désinfecter ses locaux et, si possible, procéder à une quarantaine.

Lorenza Richard

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Ce mémo a été construit pour vous aider dans les situations d’urgence du chien et du chat. Il vous permet une recherche rapide et aisée des principaux syndromes ou affections.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...