19/10/2010 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Législation

La directive “services” ne modifiera pas le métier de l’ASV

Les directives européennes sont des textes votés par le Parlement européen qui s’imposent aux législations de chacun des Etats membres et leur donnent des limites communes.

Les pays doivent ensuite faire la transposition des directives dans le droit national, c’est-à-dire adapter leur législation aux orientations données par les directives européennes. La directive “services” concerne les vétérinaires car, au regard de l’organisation européenne, nous sommes une profession de service et non de santé. Nous attendions son application au droit français depuis trois ans, et les premières modifications par décret ont eu lieu cet été.

Quels seront les changements pour les auxiliaires ?

Le paysage de la profession vétérinaire risque de profondément changer. Des réseaux de cliniques vont apparaître, pour offrir plus de services, qui ne seront peut-être pas strictement médicaux et chirurgicaux, et permettre à la fois une meilleure organisation du travail des vétérinaires et le développement de la qualité des services, de la médecine et de la chirurgie. L’évolution des services va permettre de créer des postes. Depuis dix ans, la profession vétérinaire a créé de nombreux emplois pour des non-vétérinaires, et la multiplication des offres de service va en créer d’autres encore. Le nombre de salariés, aussi bien vétérinaires qu’auxiliaires, augmentera de façon importante. La profession d’auxiliaire aura peut-être aussi tendance à évoluer vers une spécialisation des postes, à terme, d’ici cinq à dix ans. Au travers de ces évolutions, le risque est de voir surgir des chaînes low-cost, pratiquant des soins minimaux à un prix très bas (stérilisation, vaccination). En France, notre Code de déontologie pourrait nous protéger de cela, mais ce sont surtout la compétitivité et la qualité des prestations qui seront les plus sûrs remparts à la concurrence.

Interview de Rémi Gellé, président du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL), propos recueillis par Lorenza Richard.
Extrait du Supplément ASV n°42 (La Semaine Vétérinaire n°1422)

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...