IMMUNOFOAL : nouveau concentré d’immunoglobulines G pour poulains

21.02.2013 à 06:00:00 |
©

Audevard met sur le marché un aliment complémentaire liquide, Immunofoal®, destiné en priorité aux poulains qui présentent un risque de déficit immunitaire, total ou partiel.

À base d’immunoglobulines G (IgG), cette solution peut aussi être employée, lors d’une prise apparemment normale du colostrum, pour renforcer et prolonger l’immunité conférée par les anticorps d’origine maternelle.
En effet, le poulain naît sans aucune immunité passive transmise par sa mère. Seule la prise de colostrum au cours des toutes premières heures lui permet de l’acquérir naturellement. Elle s’effectue idéalement dans les six heures après la naissance et jusqu’à 24 heures au maximum, car les IgG ne franchissent plus la barrière digestive du poulain passé le premier jour de vie. Cette prise colostrale est décisive pour le protéger jusqu’à l’âge de deux à trois mois, avant que l’immunité active prenne le relais.
Un déficit immunitaire entraîne une moindre résistance aux infections. Il survient si le colostrum n’est pas bu par le poulain (en cas de mort de la jument, de nouveau-né faible, etc.), mais aussi lorsque le colostrum de la mère est de qualité insuffisante. Pour les Haras nationaux, le seuil minimal pour un colostrum de qualité satisfaisante est de 60 g d’IgG/l.

Immunofoal® est préparé à partir de plasma équin, purifié et concentré en immunoglobulines à 100 g d’IgG/l. La teneur garantie en IgG est de 30 g par flacon, soit l’équivalent d’un demi-litre de colostrum au seuil minimal de 60 g/l. Le flacon de 300 ml se conserve trois ans au réfrigérateur. En cas de risque de déficit immunitaire partiel, même si le poulain tète le colostrum de sa mère, un seul flacon est administré au biberon en une ou deux prises à une ou deux heures d’intervalle.
Lors d’absence de prise de colostrum, ou d’un colostrum de qualité médiocre, deux flacons (600 ml) sont recommandés, en espaçant d’une à deux heures les prises de 150 à 250 ml. Si nécessaire, une administration en urgence à l’aide d’une sonde nasogastrique peut être effectuée par le vétérinaire.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK