Le chien, acteur principal dans la détection du cancer du sein

Tanit Halfon | 23.03.2017 à 14:57:24 |
Un chien renifleur pour le dépistage du cancer du sein
© kdog

Le projet Kdog, partenariat prometteur entre le chien et l’homme dans le dépistage des tumeurs mammaires, vient de franchir une nouvelle étape.

Initié en 2016, le projet Kdog, qui entend étudier l’utilisation de l’odorat des chiens comme méthode de détection des tumeurs, vient potentiellement de passer à l’étape supérieure. En effet, les derniers tests ont abouti à une détection égale à 100 % des échantillons tumoraux.
L’histoire commence par la rencontre entre deux passionnés, Isabelle Fromantin, docteure en sciences et ingénierie, et Jacky Experton, expert cynophile. En 2011, Isabelle Fromantin, infirmière de formation, termine son travail de thèse en sciences et ingénierie sur la flore bactérienne des plaies tumorales du sein. Son étude s’est penchée notamment sur les composés organiques volatils (COV), potentiellement odorants, produits dans les plaies tumorales. Ses recherches bibliographiques la mènent à s’intéresser à l’utilisation de l’odorat canin dans la détection des COV émis lors d’un processus tumoral. Jacky Experton, qui connaît bien le formidable outil que peut constituer la truffe du chien, de par son travail avec eux dans la détection d’engins explosifs, s’intéresse justement au possible usage de cette faculté dans le dépistage des cancers.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier en pages 4 à 5 du supplément ASV n°107.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK