La mutation du gène MDR1 et ses risques médicaux chez le chien

Élodie Goffart | 22.04.2016 à 10:32:22 |
Colley
© Élodie Goffart

Le colley, ainsi que d’autres races cousines sont prédisposés à une mutation génétique qui les rend intolérants à plusieurs médicaments, notamment à certaines familles d’antiparasitaires.

La mutation MDR1 est une anomalie génétique fréquente chez certaines races canines comme le colley. Elle mérite d’être connue pour prévenir le propriétaire des risques et favoriser le dépistage.

Une maladie des “museaux longs”
Sur le plan historique, depuis bien longtemps, les vétérinaires savaient que quelques familles de médicaments étaient mal tolérées chez certaines races de chiens. Dans les campagnes, à l’époque où l’ivermectine s’utilisait (“hors AMM”) comme antiparasitaire chez le chien, les praticiens avaient observé que les races dites “à museau long” présentaient une sensibilité de type toxicité aiguë et dramatique à ce type de molécules. Les colleys et les races apparentées (border collie, en particulier) montraient, peu de temps après l’injection, des symptômes neurologiques pour lesquels aucun traitement n’a été trouvé, et qui amenaient très rapidement, dans la majorité des cas, au décès de l’animal.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier en pages 10 à 12 du supplément ASV n° 98.

Élodie Goffart
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK