L’euthanasie : un moment difficile aussi pour l’ASV

18/09/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
Visage d'une ASV
© Auremar - Fotolia
Chacun s’accorde pour considérer que l’euthanasie d’un animal est une épreuve douloureuse pour le propriétaire, et que l’auxiliaire vétérinaire doit être à ses côtés pour l’accompagner. Toutefois, il convient pour l’ASV de se préserver de ses propres émotions afin d’éviter qu’elles n’envahissent son travail au quotidien.

À chaque étape de l’euthanasie d’un animal, l’auxiliaire vétérinaire doit faire preuve de beaucoup de compréhension et de professionnalisme avec le propriétaire. Mais cela peut lui coûter sur le plan émotionnel. Retirer la vie à un animal est, en effet, à l’opposé du but recherché dans une clinique vétérinaire. Et ce paradoxe vécu lors de ce moment délicat peut devenir une source d’angoisse et de tristesse, contre lesquelles il convient de se protéger.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier en pages 8 à 11 du supplément ASV n° 92.

Lorenza Richard

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Ce mémo a été construit pour vous aider dans les situations d’urgence du chien et du chat. Il vous permet une recherche rapide et aisée des principaux syndromes ou affections.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité