L’euthanasie : un moment difficile aussi pour l’ASV

Lorenza Richard | 18.09.2015 à 15:15:27 |
Visage d'une ASV
© Auremar - Fotolia

Chacun s’accorde pour considérer que l’euthanasie d’un animal est une épreuve douloureuse pour le propriétaire, et que l’auxiliaire vétérinaire doit être à ses côtés pour l’accompagner. Toutefois, il convient pour l’ASV de se préserver de ses propres émotions afin d’éviter qu’elles n’envahissent son travail au quotidien.

À chaque étape de l’euthanasie d’un animal, l’auxiliaire vétérinaire doit faire preuve de beaucoup de compréhension et de professionnalisme avec le propriétaire. Mais cela peut lui coûter sur le plan émotionnel. Retirer la vie à un animal est, en effet, à l’opposé du but recherché dans une clinique vétérinaire. Et ce paradoxe vécu lors de ce moment délicat peut devenir une source d’angoisse et de tristesse, contre lesquelles il convient de se protéger.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier en pages 8 à 11 du supplément ASV n° 92.

Lorenza Richard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK