21/02/2014 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Dossier

La contention postchirurgicale du chien et du chat

La protection de la zone opérée ou l’immobilisation d’un segment osseux requiert souvent un dispositif de contention et des dispositions particulières pour limiter les mouvements de l’animal et favoriser une bonne récupération.

Après une intervention chirurgicale, l’animal opéré est hospitalisé le temps de son réveil et de sa récupération. Celle-ci s’achève le plus souvent au domicile du propriétaire après le retour de l’animal. Quelle que soit sa durée, la phase post opératoire nécessite la protection de la zone opérée. Une contention de l’animal est généralement requise, pour limiter ses mouvements, l’empêcher d’accéder à la plaie opératoire, voire immobiliser un membre lors de chirurgie orthopédique.

Une contention avec ou sans accessoire
La contention est l’action de limiter ou de bloquer les mouvements d’un animal, de façon mécanique ou chimique, afin de lui prodiguer des soins, par exemple. La contention chimique consiste en l’administration d’un produit sédatif ou anesthésique, qui endort partiellement (on parle dans ce cas aussi de “sédation”) ou complètement l’animal, facilitant sa capture et/ou la réalisation d’un examen médical ou de soins.
Pour les animaux de petite taille (petits chiens, chats, NAC), les techniques de contention mécanique se limitent souvent à une prise corporelle, sans accessoires. Toutefois, elles nécessitent un savoir-faire pour positionner son corps et ses mains de sorte à assurer une bonne immobilisation de l’animal sans pour autant risquer ni de le blesser ni de se blesser soi-même. Les vétérinaires connaissent et maîtrisent ces techniques qui leur sont utiles au quotidien.
Pour une contention plus complète et durable, pour éviter de mobiliser une personne uniquement à cet effet, ou a fortiori pour les animaux de grande taille, la contention mécanique s’effectue à l’aide d’accessoires. Ceux-ci vont d’un simple lien ou d’une muselière pour maintenir la gueule fermée d’un chien à la cage ou au box de contention (notamment pour les chevaux et les bovins).

Pour plus d’informations, voir le Supplément ASV à La Semaine Vétérinaire n° 1573 du 21 février 2014 en pages 12 à 15.

Éric Guevel

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Ce mémo a été construit pour vous aider dans les situations d’urgence du chien et du chat. Il vous permet une recherche rapide et aisée des principaux syndromes ou affections.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...