« L’Ecuyer du Roy » roman de Guy Girard primé par l’Académie vétérinaire

Jean-Paul Mialot | 09.12.2016 à 16:03:58 |
« L’Ecuyer du Roy » roman de Guy Girard
© D.R.

Dans le cadre de l’anniversaire des 250 ans de l’Ecole vétérinaire d’Alfort, avec le soutien de l’Association des Anciens élèves et Amis de l'École d'Alfort, notre confrère alforien et auteur franc-comtois, Guy Girard, publie une biographie de Claude Bourgelat, fondateur des Écoles vétérinaires de Lyon et d’Alfort,

« L’Écuyer du Roy », préfacée par le Professeur André Laurent Parodi, Président honoraire de l'Académie nationale de Médecine et de l'Académie Vétérinaire de France. L’ouvrage est paru en juin 2016. En 200 pages, l’auteur propose à ses lecteurs une relation synthétique agréable et abordable, sans être trop réductrice, de la vie et de l’œuvre d’un visionnaire qui, cependant, ne paraît pas avoir été le plus heureux des hommes… Claude Bourgelat, mousquetaire, avocat, écuyer du Roi, directeur de l’Académie d’équitation de Lyon, pédagogue et auteur scientifique, Encyclopédiste, inspecteur de la Librairie de Lyon, créateur de l’École vétérinaire de Lyon et de l’École royale vétérinaire d’Alfort, savant de réputation européenne… L’auteur évoque, dans un style agréable et teinté d’humour, tous les aspects de la vie professionnelle et privée de notre illustre fondateur.

L’Académie vétérinaire de France a retenu ce roman pour être récompensé par le prix André Charton en 2016 ; ce prix est destiné à récompenser une publication à caractère historique relevant de la culture vétérinaire. Le prix a été remis lors de la séance du 1er décembre 2016.

Mais, Guy Girard (A 65), vétérinaire brillant et passionné pour la littérature, n’en est pas à un coup d’essai. Il a pris la plume après son activité professionnelle avec deux recueils : « Phrases du temps » et « Au fil de l’eau » en 2008 et 2009. Puis en 2010, son premier roman, « Heureux les doux » retrace les chemins d’exil entre 1770 et 1815 d’une famille rurale, les Muller, chassée de Suisse alémanique vers la France à cause de sa religion anabaptiste. La saga se poursuit en 2011 avec « La Veuve des Cernières », Frénie Muller, après la mort de son mari, tente de préserver l’unité familiale en sacrifiant ses aspirations et ses sentiments personnels (Prix Marcel Grancher 2013). En 2012, fin de la saga des Muller dans « Les champs maudits », roman dans lequel il restitue l’ambiance de la fin du XIXe siècle. Puis, les romans se diversifient :
 - en 2013, recueil de nouvelles « Des crins à la plume », une promenade littéraire teintée d’humour dans le passé personnel et familial de l’auteur.
- « D’ombre et de lumière », roman publié en 2014, retrace l’itinéraire passionnant d’un légionnaire, des brumes de l’Allemagne aux lumières chaudes de l’Atlas marocain, …
- en 2015, Guy Girard raconte dans « Madeleine - La dame de cœur » la vie de Madeleine Brohier (1921-1974), abandonnée par sa mère, vendue à des gitans, atteinte de tuberculose puis femme et mère heureuse.

Félicitations à notre écrivain vétérinaire franc-comtois.

Jean-Paul Mialot
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK