Camille Guérin (1872-1961)

04/04/2016 | Le Point Vétérinaire.fr
Camille Guérin
© DR
L'Alforien Camille Guérin a marqué la Vétérinaire par ses travaux en maladies contagieuses.

Né à Poitiers en 1872, son père décéda 10 ans plus tard de tuberculose. Sa mère se remaria avec un vétérinaire de Châtellerault (A. Venien). C’est donc dans cette ville qu’il commença ses études. Il entra à l’école vétérinaire d’Alfort à 20 ans, fut diplômé en 1896 et travailla comme assistant dans le service de Maladies contagieuses dirigé par Edmond Nocard.

L’année suivante, il devint préparateur à l’Institut Pasteur (IP) de Lille, chargé de la production de sérum antivenimeux et du vaccin antivariolique, avant d’être nommé en 1900, chef de laboratoire. Il améliore la production de ce vaccin et met au point une méthode pour en évaluer la virulence, par numération des éléments virulents. Ce travail est récompensé par la médaille d’or de la Commission de la vaccine de l’Académie de médecine en 1905. 

Commença alors sa collaboration avec le médecin A. Calmette relative au mécanisme de l’infection tuberculeuse. Le bacille tuberculeux, cultivé dans un milieu à base de bile de bœuf glycérinée, perdit progressivement de sa virulence lors de passages successifs et une immunisation des animaux fut possible sans déclencher la maladie. En 1908, les deux chercheurs publièrent leurs résultats sur le vaccin Bilié de Calmette et Guérin (BCG). Leurs travaux furent interrompus en 1915 par la guerre ; ils ne les reprendront qu’en 1918, année au cours de laquelle la femme de Camille Guérin, Marie Lavergne, décéda suite à une méningite tuberculeuse. En 1921, après 230 passages du BCG sur milieu bilié, ils obtinrent un vaccin utilisable chez l’homme, également autorisé en 1924 chez les nouveaux-nés. La fourniture des souches fut alors gratuite pour les laboratoires agréés.

Camille Guérin, nommé en 1919 chef de service de l’IP de Lille, quitta cet établissement en 1928 pour assurer la direction du Service de la tuberculose à l’IP de Paris. Elu à l’Académie de Médecine en 1935, il en devint président en 1951, après avoir été le président du premier congrès international du BCG à Paris en 1948. Il reçut le grand prix de la recherche scientifique de l’Académie des sciences en 1955.

Mort à l’âge de 88 ans, il fut enterré à Châtellerault aux côtés de son épouse. Son nom a été attribué à un collège à Vouneuil-sur-Vienne, à un lycée à Poitiers et au centre hospitalier de Châtellerault.

Le nouveau bâtiment regroupant les installations à risques biologiques à l’école d’Alfort porte déjà son nom. Il est fonctionnel depuis le printemps 2015 et renferme le médaillon rénové, auparavant disposé sur une stèle devant le bâtiment Goret1 à la mémoire de ce vétérinaire biologiste. 

1 Bâtiment détruit en 2012 et remplacé par le bâtiment Camille Guérin

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...