Test de la tuberculose chez un macaque

15.03.2017 à 15:15:55 |
Macaque
© Dorothée Schiltz

Injection intradermique pour un test de « Mantoux » ou test de tuberculinisation sur un macaque.

Dans un premier temps, les macaques amenés au centre sont toujours placés en quarantaine. Celle-ci varie entre 3 et 6 mois selon l’état et les risques encourus par le nouvel arrivant. L’examen général de l’animal est réalisé dès son arrivée. Après avoir exclu toute présence de traumas, maltraitances et parasites externes, le macaque reçoit une injection d’antiparasitaire. Un test de tuberculinisation est également réalisé. En effet, la tuberculose est encore fort présente en Asie. Le symptôme le plus commun est la toux. Mais un singe infecté peut ne présenter aucun signe jusqu’à ce qu’il soit à un stade très avancé de la maladie. C’est pourquoi un test intradermique est obligatoire pour tout macaque secouru même s’il semble parfaitement sain. Celui-ci ne sera considéré comme indemne qu'après trois tests négatifs réalisés idéalement à deux semaines d’intervalle.

Ramos, notre macaque secouru dernièrement au centre a été sédaté. L’injection intradermique comprend un dérivé protéique purifié (DPP) ou « Purified protein derivative » (PPD) provenant d’une culture de Mycobacterium tuberculosis.
0,1 ml de solution est injecté au niveau de la paupière supérieure à une concentration de 50 TU/ml. L’animal est examiné après 24, 48 et 72 heures. Rien n'est constaté chez Ramos. On peut considérer qu’un macaque est positif si l’on observe un érythème et un gonflement de la paupière. De même, une paupière tombante, fermée ou indurée est un signe positif.

La tuberculose étant une zoonose, un animal infecté doit être euthanasié. Enfin, il est important de prendre en compte que des faux positifs telles qu’une injection vaccinale ou des réactions croisées existent et que quiconque ayant un contact avec des macaques doit être testé et contrôlé.

 

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK