Atteinte cardiaque chez un macaque

23.06.2017 à 17:09:52 |
Macaque en soins
© Dorothée Schiltz

Chita, Macaque de 3 ans, au centre depuis 10 mois semblait plus calme que d'habitude depuis quelques jours. Un matin hélas, l’animal a été retrouvé couché au sol de sa cage.

Elle présentait également une perte d’appétit et se faisait attaquer par les autres macaques du groupe. Des vitamines avaient été ajoutées dans son alimentation. 
Un matin hélas, l’animal a été retrouvé couché au sol de sa cage. Isolée et amenée dans la clinique de suite, j’ai constaté qu'elle présentait une température très faible, un réflexe palpébral et pupillaire ainsi qu’un pouls presque inexistant. L’animal présentait également un souffle cardiaque et un bruit sourd semblant indiquer un épanchement cardiaque. Ses muqueuses étaient pâles et son temps de recoloration capillaire prolongé. L’animal était dans le coma. Malgré des chances de récupération minimes, j'ai tenté de la sauver. Chita a été mise sous perfusion et oxygène (pas de sonde disponible pour intuber l’animal et pas de moyen non plus de faire un bilan sanguin). L’animal a été réchauffé à l’aide d’un tapis, grâce à des bouillottes ainsi que d’une poche de perfusion chauffée. Un traitement médical est entrepris, mais malgré tous mes efforts, Chita décèdera 2 heures plus tard.
 
A l’autopsie, un liquide translucide péricardique est observé. Le diamètre des cavités ventriculaires et l’épaisseur de leurs parois indiquent une cardiomyopathie. On peut observer les mêmes plaques noirâtres qu’au niveau du gros intestin de Marka (le macaque mordu par un chien). Celles-ci sont observées tout autour des bronches principales et du cœur. Rien d’autre d’anormal n’est observé. Le diagnostic d’arrêt cardiaque suite à une atteinte cardiaque est établi. Après ce cas, un troisième macaque est décédé avec lui aussi des plaques noirâtres au niveau abdominal.

Pour un diagnostic précis et afin d'éviter d’autres cas, il faudrait pouvoir réaliser au minimum une analyse de selles ainsi qu’une analyse de sang. Malheureusement il est difficile d’obtenir une autorisation, faute de moyen. Tous les macaques du centre ont dès lors été vermifugés. Et j’attends l’autorisation pour un bilan sanguin complet.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK