Visites d’élevage et activité de conseil

20.05.2011 à 06:00:00 |
©

Les journées des GTV 2011 ont été l’occasion de réfléchir sur l’évolution marquante de la profession : le développement des visites et du conseil en élevage. Même le passage d’une Tiac intempestive n’a pu complètement arrêter les débats. Quoique.

La mise au point de ce type de service, que ce soit pour les visites obligatoires ou pour le développement d’un service propre à la structure vétérinaire, suit toujours le même schéma. Connaître sa clientèle, en faire une segmentation adaptée pour savoir qui pourra être acheteur de l’offre proposée, mais aussi savoir, au sein de la structure, qui est motivé et qui ne l’est pas font partie des impératifs. Les visites doivent être préparées et des plages horaires doivent être bloquées par le praticien et l’éleveur pour cette activité. Pendant la visite de l’élevage, le sens de l’observation du praticien est primordial. Des recommandations sont alors émises, sous forme de plan d’actions, avec des solutions pratiques à mettre en place. Il est impératif de hiérarchiser les actions proposées et de lister qui doit faire quoi, quand et comment. Un rapport termine le travail. Il reprend les éléments principaux, les conclusions et les recommandations.

Stéphanie Padiolleau

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1451 du 20 mai 2011 en pages 12 et 13

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK