Vers une moindre exposition aux rayonnements ionisants

14.05.2012 à 06:00:00 |
©

Si les progrès en radioprotection sont quantifiables, l’implication des structures vétérinaires en la matière et dans la gestion de la sécurité demeure insuffisante. Des évolutions réglementaires à l’échelle européenne sont en cours.

La commission de radioprotection a fait le point, le 3 mai 2012, sur les pratiques vétérinaires et sur la réglementation. Les règles de sécurité ne sont pas toujours correctement appliquées si l’on en croit les dernières études menées notamment en activité équine. Celles-ci concernent 5 types d’activités (pratique ambulatoire, activité clinique classique et référée, ventes de chevaux de selle et chevaux de galop). Parmi les résultats, on observe que, lors des bilans pénalisants avec des clichés d’extrémités proximales (grasset) ou de dos (donc des clichés avec une diffusion importante des rayons), les doses sont de l’ordre du millisievert (mSv) sur les mains du praticien qui tient le générateur. Si celles de la personne qui tient la cassette se trouvent dans le faisceau primaire, même équipées de gants, elles sont exposées également. L’énergie dans le faisceau primaire est 1 000 fois supérieure à celle située hors du faisceau. Si l’opérateur est protégé dans ce cas de figure, l’unité d’exposition est divisée par 2. Se trouver hors du faisceau avec une protection permet de diviser le risque par 40 ! Des études expérimentales de dosimétrie sur des sites de scintigraphie sont en cours. Les résultats définitifs seront dévoilés fin 2012.
Par ailleurs, les retours de terrain sur les contrôles internes de générateurs mobiles low cost en pratique équine révèlent des risques non négligeables, avec des fuites de rayonnements qui, si elles semblent respecter des normes de fabrication, ne répondent pas au principe Alara (As low as reasonably achievable) de moindre exposition possible… Un cahier des charges pour les fabricants est en cours d’élaboration à l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire). À l’échelle européenne, une nouvelle directive cadre Euratom est en préparation. Elle impliquera une refonte des 5 directives actuelles en 2016. Enfin, un nouvel arrêté de formation PCR devrait voir le jour fin 2012 et le groupe de travail des experts de l’ASN rendra son rapport sur les études menées en France et au niveau international sur la méthodologie du zonage.

Clarisse Burger

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1495 du 11 mai 2012 en pages 14 et 15

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK