Vers une évolution de l’inspection sanitaire des viandes

30.11.2011 à 06:00:00 |
©

 « L’inspection en abattoir n’est pas une fin en soi », a déclaré Pascale Gilli-Dunoyer (Direction générale de l’alimentation), lors d’une conférence* organisée par Animal société aliment (ASA), le 24 novembre 2011 à l’ENV d’Alfort.

« Si l’inspection macroscopique en abattoir reste un moyen privilégié en matière de santé animale et publique, les fondamentaux des actes d’inspection doivent évoluer. »

Les dangers (bactériens, viraux, chimiques, etc.) ne sont plus nécessairement visibles sur les carcasses, mais en rapport direct avec l’historique de l’animal et de l’élevage, et également de l’hygiène de fonctionnement de l’abattoir. Aussi, les données centralisées, issues de tous les acteurs concernés (éleveurs, vétérinaires sanitaires, services vétérinaires, exploitants d’abattoirs), permettront d’adapter l’inspection aux risques suspectés.

Une volonté d’élargir la responsabilité des acteurs

Pascale Gilli-Dunoyer a précisé qu’en France, dans le cadre des travaux sur la modernisation de l’inspection, des projets pilotes sont mis en place dans les filières avicole et cunicole. Ils englobent la prise en compte des risques sur toute la chaîne alimentaire, la non-présence permanente du vétérinaire officiel durant l’abattage qui ne se déplacerait que si des critères d’alerte (préalablement définis) sont détectés, et la responsabilisation totale de tous les opérateurs (stades ante mortem et post-mortem). En outre, selon Pascale Gilli-Dunoyer, si l’inspection est toujours le cœur de compétence de l’inspecteur vétérinaire, la réflexion actuelle est de savoir s’il doit rester le (seul) garant de la qualité sanitaire des viandes à la sortie de l’abattoir. « Sa présence est souhaitée sur toute la chaîne alimentaire, mais une inspection (ou contrôle) de second niveau n’est pas à exclure ». Reste à définir laquelle, à quel stade et par qui, sur la base d’analyses de risques.

Nathalie Devos

* « Rôle de l’inspection en abattoir dans la santé publique vétérinaire », sous le patronage de l’Académie vétérinaire de France.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK