Un spray oromucosal de méloxicam

15.01.2013 à 06:00:00 |
©

Axience met sur le marché une forme galénique originale de méloxicam développée par Abbott : RevitaCAM®.

Il s’agit d’une solution plus concentrée en méloxicam, 5 mg/ml, par rapport aux classiques suspensions orales à 1,5 mg/ml pour les chiens (Metacam® et ses nombreux génériques). L’originalité vient du mode d’administration.
Cette solution concentrée est destinée non pas à la voie orale, mais à être brumisée en très faibles volumes (200 µl par 10 kg) sur la muqueuse buccale ou gingivale.

Rien à avaler, rien à recracher
Il n’y a donc aucun comprimé ni aucune suspension orale à faire avaler, plus ou moins spontanément, ou à dissimuler dans la nourriture. Et les volumes sont si faibles que le chien, dont la gencive est aspergée de méloxicam, n’a rien à recracher. La plus grande partie de l’antiinflammatoire non stéroïdien n’est d’ailleurs pas avalée par l’animal, mais résorbée au niveau de la muqueuse buccale.

Résorption transmucosale
Cette résorption transmucosale est d’ailleurs un peu plus rapide rapide que l’absorption gastrointestinale habituelle (voir courbe). Cette formulation est bioéquivalente au princeps. Les indications (les douleurs ostéoarticulaires aiguës ou chroniques), la dose (0,1 mg par kg et par jour en phase d’entretien) et la plupart des mises en garde sont donc aussi identiques au princeps.

Conditionnement
En pratique, cette solution est présentée dans des flacons brumisateurs de trois tailles différentes. La pompe doseuse du petit vaporisateur de 6 ml permet d’ajuster la dose à 2,5 kg près (50 µl de la solution par pression sur la pompe). Celle du flacon de 11 ml est calibrée sur 100 µl, soit 5 kg par pression. Enfin, le plus grand, de 33 ml, destiné aux chiens de grande taille, permet un ajustement de la dose à 10 kg près (200 µl).
Le coût du traitement quotidien par RevitaCAM® est similaire à celui du princeps Metacam® dans ces présentations en 10 ml, 32 ml et 100 ml.
Axience prévoit aussi de compléter sa nouvelle gamme RevitaCAM® par des génériques plus classiques de Metacam®.

Eric vandaële

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK