Un seul usage du fipronil dans les élevages de poules pondeuses en France

Tanit Halfon | 12.09.2017 à 12:25:30 |
poule
© SimonSkafar - iStock

Les enquêtes n’ont pas révélé d’utilisation de la molécule, excepté dans l’exploitation du Pas-de-Calais qui avait déclaré spontanément son emploi le 28 juillet.

Le ministère en charge de l’agriculture a publié le lundi 11 septembre le résultat des enquêtes menées par les directions départementales en charge de la protection des populations (DDPP) dans les élevages de la filière avicole.

Les contrôles avaient pour objectif de dresser un état des lieux des pratiques relatif au traitement contre les poux rouges. Pour ce faire, des questionnaires ont été envoyés aux éleveurs de la filière, associés à des enquêtes de terrain dans certaines des exploitations.

Les investigations, menées auprès de 4500 élevages (2900 élevages professionnels, ainsi que des élevages ou basses cours ne commercialisant pas d’œufs), n’ont pas mis en évidence d’usage du produit frauduleux DEGA-16 ou COOPER BOOST.  

Par contre, l’emploi d’un médicament vétérinaire à base d’amitraz a été constaté dans 45 élevages de 15 départements, uniquement dans des bâtiments vidés de ses animaux. Des analyses effectuées sur des œufs des exploitations incriminées n’ont cependant pas révélé la présence de la molécule.

A ce jour, seul un élevage du Pas-de-Calais est concerné par la fraude. Il avait déclaré spontanément l’usage du produit falsifié le 28 juillet aux autorités.

Interrogé sur Europe 1 le lundi 11 septembre, Stéphane Travert a rappelé que tous les cas de contamination en France étaient des produits d’importation venant des Pays-Bas et de la Belgique. « La France n’a pas perdu de temps pour mettre en place les contrôles, nous avons été alertés trop tardivement », a indiqué le ministre. Face à ce constat, une réunion aura lieu à Bruxelles le 26 septembre pour discuter de la gestion européenne de la crise. Le but sera de parvenir à des propositions afin de  « fluidifier la gestion de l’information et sa circulation entre les Etats membres ». 

Cinq autres pays européens sont concernés par l’utilisation de la molécule dans les exploitations de poules pondeuses, à raison de 93 élevages en Belgique, 258 aux Pays-Bas, 10 en Italie, 7 en Allemagne et 2 en Hongrie.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK