Un enfant atteint de la rage dans le Rhône

Valentine Chamard | 11.10.2017 à 15:09:12 |
© © Ramon Portelli - iStock

Le garçonnet a contracté cet été le virus lors d’un séjour au Sri Lanka, lors d’un contact avec un chien.

Un diagnostic de rage a été porté le 9 octobre chez un garçon de 10 ans, hospitalisé depuis le 4 octobre dans la région lyonnaise, aujourd’hui dans un état critique. Sa contamination a eu lieu lors d’un séjour au Sri Lanka en août dernier alors qu’il caressait un chiot « non agressif, au comportement apparemment normal. L'animal a mordillé l'enfant, provoquant un saignement qui n’a pas alerté sa famille », indique Bruno Morel, directeur délégué à la veille et aux alertes sanitaires à l’Agence régionale de Santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes à l’occasion d’une conférence de presse le 10 octobre. L’enfant n’a présenté aucun signe jusqu’au 1er octobre, date à laquelle il a manifesté de la fatigue et des maux de gorge, qui se sont aggravés le lendemain, avec une confusion intermittente et une hydrophobie. Il a ensuite été admis aux urgences de l’hôpital de Villefranche avec un tableau clinique d’encéphalite et une défaillance cardiaque, avant d’être transféré aux hospices civils de Lyon. Les réanimateurs ont alors suspecté la rage et alerté les autorités sanitaires, qui ont fait réaliser des analyses au centre national de référence de la rage (Institut pasteur de Paris), confirmant l’hypothèse de rage.

Une soixantaine de personnes suivies au centre antirabique à titre préventif

Bien que la transmission interhumaine reste théorique, une enquête a en parallèle été menée pour recenser les personnes susceptibles de devoir bénéficier de mesures de prévention. Les proches et les contacts de l’enfant ont été pris en charge par le centre antirabique de Lyon pour une évaluation et une vaccination le cas échéant. Ses camarades de classe vont également bénéficier de mesures préventives. Concernant la question de savoir si d’éventuels animaux qui auraient pu être en contact avec l’enfant devraient être surveillés, le Centre national de référence contre la rage répond qu’il ne s’agit pas d’une situation à risque : « Cela ne s’est en effet jamais vu et les probabilités [d’une contamination d’un animal] sont négligeables ».

La France est officiellement reconnue indemne de rage (hors chauves-souris) depuis 2001 et le dernier cas autochtone chez l’homme remonte à 1924. Depuis 1970, 23 cas de rage ont été observés chez l’homme en France métropolitaine, tous ayant contracté la maladie à l’étranger dans des zones où circule le virus, pour la quasi-totalité suite à une morsure par un animal malade. 

Valentine Chamard
1 commentaire
avatar
choupi le 16-10-2017 à 11:25:11
incroyable que l'on parle d'hépatite, de palu, malaria et autres maladies tropicales , et que les gens ne soient pas informés que lors de leur voyage , un contact avec morsure par un chien NECESSITE de voir un medecin rapidement pour éviter la Rage !!
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK