Un collectif se mobilise pour le renard

Valentine Chamard | 22.03.2017 à 09:07:43 |
renard
© edevansuk - iStock

Le Collectif Renard Grand Est regroupe 60 structures liées à l’environnement. Il veut faire entendre la voix du renard roux et dénonce l’acharnement dont il est victime.

500 000 renards seraient tués chaque année. Le Collectif renard Grand Est  dénonce la situation et mène des  actions médiatiques et juridiques pour tenter d’enrayer le phénomène. « Juridiquement, le renard est classé « espèce nuisible » dans la quasi-totalité des départements français et peut donc être tué toute l’année et sans quota. Ce classement ne repose malheureusement que sur des questions d’intérêt cynégétiques et n’est nullement fondé sur des arguments scientifiques reconnus », explique l’organisation.

 

Pas de surpopulation

« De plus, les effets bénéfiques et indispensables des prédateurs ne sont jamais pris en compte. On entend parfois que l’espèce est en surnombre mais, en l’absence d’études sérieuses, cette affirmation ne repose sur aucun fondement. La faculté d’autorégulation des renards, en fonction des ressources alimentaires et territoriales disponibles, est citée régulièrement dans la littérature scientifique. Une surpopulation est donc mécaniquement impossible » poursuit-elle.

 

L’échinococcose comme argument à sa chasse

« Si la rage a disparu de notre pays depuis 15 ans grâce à la vaccination des renards, c’est désormais l’échinococcose alvéolaire qui sert d’argument sanitaire pour justifier une destruction acharnée du renard roux. Cette maladie touche une vingtaine de personnes par an et les renards peuvent en être le vecteur. Pourtant de récentes recherches ont démontré qu’une forte pression de chasse sur les populations de renards augmentait le risque sanitaire pour les populations humaines en termes d’échinococcose alvéolaire !

Renards versus rodenticides

En autorisant la destruction du renard, l’Etat oublie qu’il est un auxiliaire précieux (et gratuit) des agriculteurs, en limitant les populations de rongeurs qui détruisent les cultures. Ce sont alors des produits dangereux tels que la bromadiolone qui sont utilisés pour lutter contre les campagnols, avec les risques que cela entraine pour la faune sauvage, les animaux domestiques et l’homme. Rien ne justifie donc aujourd’hui la destruction acharnée des renards roux !

 

Le collectif Renard Grand Est appelle de tous ses vœux que les connaissances scientifiques soient enfin placées au-dessus des intérêts particuliers afin qu’un peu de bon sens, de rigueur et d’honnêteté intellectuelle forme désormais le socle des réflexions conduisant à plus de sérieux dans la gestion des espèces et des écosystèmes dans ce triste contexte de dégradation généralisée des milieux naturels », conclut l'organisation.

Valentine Chamard
5 commentaires
avatar
tournesol25 le 23-03-2017 à 18:39:38
le renard est trop utile ds nos campagnes . Il faut arrêter de le considérer comme nuisible et en interdire la chasse et la destruction
avatar
migousavane le 23-03-2017 à 21:42:20
La destruction des renards était déjà contre productive contre la rage
Classer cet auxiliaire comme nuisible (ainsi que la belette et autres mustelides )est tout simplement stupide.
avatar
Providence le 23-03-2017 à 23:34:14
il faut manifester ...il faut s'investir dans ce combat ..il faut que cette tuerie cesse !
avatar
Providence le 23-03-2017 à 23:34:14
il faut manifester ...il faut s'investir dans ce combat ..il faut que cette tuerie cesse !
avatar
Mlecroq le 25-03-2017 à 12:18:18
"une forte pression de chasse sur les populations de renards augmentait le risque sanitaire pour les populations humaines en termes d’échinococcose alvéolaire." Peut être parce que les chiens (de chasse) sont aussi des hotes d'echinoccoques... A nous vétérinaires de nous assurer qu'ils vermifugent au moins 4 fois par an avec un vermifuge adapté.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK