Tuberculose : une maladie d’avenir

28.10.2010 à 06:00:00 |
©

La tuberculose était au cœur des préoccupations de l’atelier rural lors de la 25e journée du groupement technique vétérinaire (GTV) de Bourgogne, le 20 octobre 2010.

Si la France a été reconnue indemne en 2001, le nombre de foyers augmente depuis 2004, principalement grâce aux enquêtes épidémiologiques actives conduites à partir des foyers de Dordogne et de Côte-d’Or. La détection récente de la tuberculose chez les espèces sauvages complique l’épidémiologie. Les types retrouvés chez les bovins, les sangliers et les blaireaux d’une même zone sont identiques, ce qui démontre la contamination de ces espèces à partir des bovins. Le cerf peut constituer un réservoir primaire de la maladie (comme en forêt de Brotonne) et le sanglier un réservoir secondaire, lorsque sa densité atteint plus de dix individus par zone de cent hectares. Le blaireau n’est pas considéré comme un réservoir en France.

Lorenza Richard

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1423 du 29/10/2010 en page 16

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK