Trop peu de doctorants dans les écoles vétérinaires ?

30.01.2012 à 06:00:00 |
©

« Un retard » : voilà la conclusion du rapport sur les formations doctorales et l’enseignement supérieur agricole remis par le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) pour les écoles vétérinaire.

Il fait le constat d’un nombre restreint de doctorants au sein des ENV.
La mission de ce rapport, à laquelle a participé notre confrère Yves Marchal, inspecteur général de la santé publique vétérinaire, avait l’ambition de mener une étude comparée du niveau doctorat.

L’enjeu n’est pas seulement celui d’une comparaison dans le microcosme hexagonal de la recherche, mais plutôt d’une visibilité de cette formation doctorale auprès des universités et entreprises étrangères. Pour notre profession, c’est aussi l’espoir, souhaitons-le, de l’élaboration d’une vraie politique nationale de la recherche vétérinaire.
Quelle est la proportion des doctorants vétérinaires ? Elle est inférieure à 5% et oscille plutôt entre 1 et 3%. De leur côté, les formations d’ingénieurs agronomes affichent des taux qui dépassent toujours 10%, et peuvent même atteindre 20% (AgroParisTech).
Une conséquence de cette situation : « Un nombre significatif de thèses de la sphère “santé animale, comportement animal, sécurité sanitaire alimentaire” sont réalisées par des diplômés de l’université, biologistes ou pharmaciens ».

Marine Neveux

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1480 du 27 janvier 2012 en page 21

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK