27/03/2009 | Le Point Vétérinaire.fr

Trois scénarios d’avenir pour le mandat sanitaire

Les élèves de l’Ecolenationale des services vétérinaires (ENSV) de Lyon qui forme les futursinspecteurs vétérinaires ont rédigé un rapport sur le mandat sanitaire qu’ilsont présenté le 24 mars 2009 à Marcy l’Etoile, devant les représentants del’Etat, des vétérinaires et des éleveurs.



Les auteurs reviennent sur l’évolution du mandat sanitaire depuis un siècle et donnent laparole à tous les acteurs du mandat sanitaire. Ils envisagent ainsi trois scénariosd’avenir.

• Scénario 1 : la fin du mandat sanitaire.
L’épidémiosurveillanceet le bilan sanitaire sont effectués dans le cadre du travail quotidien dupraticien, formé pour cela dans les écoles vétérinaires. Sauf pour lacertification, ce sont les éleveurs qui réalisent les prophylaxies, ce quirègle le problème de la désertification des zones rurales. La police sanitaireest réalisée par les agents techniques des services vétérinaires. L’Etat a dûembaucher des fonctionnaires, mais cette dépense est inférieure au coût duprécédemment mandat. L’efficacité du réseau d’épidémiosurveillance est accrue,mais il y a plus de fonctionnaires, ce qui va à l’encontre des politiquespubliques.

• Scénario 2 :le mandat spécialisé.
Le mandat sanitaireest réservé à un nombre limité de praticiens (un mandat par clinique) et à tousles vétérinaires spécialistes des filières. Ils réalisent toutes les missionsdu mandat actuel. Ils effectuent les missions relatives à la police sanitaireet uniquement les prophylaxies qui nécessitent d’être certifiées. Les missionsdu mandat sanitaire représenteraient 30 % de l’activité, intégralement prisesen charge par l’Etat. Le mandat sanitaire est valorisé, mais il y a des risques de déficit du maillage et desous-déclaration des MDO (maladies à déclaration obligatoire).

• Scénario 3 :un mandat à plusieurs niveaux.
Premier niveau:le vétérinaire sanitaire généraliste.
Ses missions sont les mêmesqu’aujourd’hui. S’y ajoutent de nouvelles tâches, plus spécialisées, telles quel’évaluation et la visite comportementale en canine, ou des missions liées au“paquet hygiène” en rurale. Les modalités de délivrance du mandat sontinchangées, sa rémunération maintenue.
Deuxième niveau:les vétérinaires sanitaires spécialisés.
Trois catégories sontenvisagées: vétérinaires référents techniques pour certaines maladiesanimales, vétérinaires référents sur certains thèmes du “paquet hygiène”,vétérinaires spécialistes d’une filière de production particulière (élevages depoissons, par exemple).
Troisième niveau:le vétérinaire sanitaire officiel chargé de la certification.
Lemandat est délivré aux vétérinaires certificateurs exerçant dans les centres derassemblement.

N Fontenelle

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1353

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité