11/02/2011 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Pharmacie vétérinaire

Sur 83 pharmacies inspectées, 66 délivrent dans l’illégalité

« Un constat alarmant. » Le président du Conseil supérieur de l’Ordre (CSO), Michel Baussier, utilise ces termes dans un e-mailing adressé aux confrères pour lancer, de nouveau, « un appel à la plus grande vigilance sur la prescription et la délivrance » face à des détournements d’usage de ß-agonistes (Ventipulmin®) ou d’autres anabolisants, de kétamine, d’euthanasiques (T61®).

Ce constat est révélé par une enquête officielle des services d’inspection* menée en 2009 et 2010 auprès de quatre-vingt-trois pharmacies, dont 80 % ont été verbalisées, et vingt-deux cabinets vétérinaires, dont quatre (18 %) sont épinglés.

Une enquête qui met au jour les défaillances des pharmaciens

Cette enquête devait au départ évaluer le détournement d’usage d’un médicament : Ventipulmin® (les formes équines du clenbutérol). Ce ß-agoniste est en effet susceptible d’être détourné comme anabolisant dans les productions animales, comme dopant par certains sportifs (culturistes) et comme amaigrissant par des adolescentes. Les pharmacies et les cabinets vétérinaires contrôlés sont donc fortement ciblés sur leur historique d’achats suspects de ce médicament. Par exemple, les officines situées à Paris intra-muros, où les chevaux sont plutôt rares, sont davantage sélectionnées si elles achètent de fortes quantités de ce ß-agoniste. A l’inverse, les vétérinaires équins, qui peuvent facilement justifier l’usage de ce médicament, sont peu ciblés par cette enquête.

Le rapport ne conclut donc pas que 80 % des vingt-deux mille six cents officines sont en infraction grave sur le médicament vétérinaire. Mais à travers le prisme déformant du détournement de Ventipulmin®, il révèle les « pratiques défaillantes » largement répandues au sein des deux professions. « Les pharmaciens n’apportent aucune plus-value, ce serait même le contraire, et les vétérinaires méprisent leur bien le plus précieux, certes immatériel, le droit de prescrire, concluent les inspecteurs. La situation reste beaucoup moins préoccupante chez les vétérinaires que chez les pharmaciens. »

Eric Vandaële
* Enquête de la brigade nationale d’enquêtes vétérinaires auprès de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) et du service national d’enquête de la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCRRF). Rapport de synthèse non disponible pour le public.

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1437 du 11 février 2011 en pages 12 et 13

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité