15/10/2008 | Le Point Vétérinaire.fr

Suivi du traitement lors de myocardiopathie chez le chat

En raison de sa nature “dissimulatrice”, l’évaluation de l’efficacité thérapeutique est généralement plus délicate chez le chat que chez le chien. L’évaluation de l’intolérance à l’effort, élément essentiel de la cardiologie canine, est le plus souvent impossible dans l’espèce féline. Le vétérinaire traitant doit donc recourir à des examens complémentaires (radiographique ou échographique) afin d’évaluer la persistance des signes de congestion (oedème pulmonaire ou épanchement pleural) et d’adapter le traitement selon les résultats. Cependant, si l’animal présente une dyspnée restrictive (le plus souvent dans un contexte d’urgence), la diminution de la fréquence respiratoire est un critère simple de suivi de l’efficacité thérapeutique, évitant ainsi toute manipulation excessive de l’animal.

F. Serres

Extrait du Point Vétérinaire 289

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité