Suivi du traitement lors de myocardiopathie chez le chat

15.10.2008 à 10:00:00 |

En raison de sa nature “dissimulatrice”, l’évaluation de l’efficacité thérapeutique est généralement plus délicate chez le chat que chez le chien. L’évaluation de l’intolérance à l’effort, élément essentiel de la cardiologie canine, est le plus souvent impossible dans l’espèce féline. Le vétérinaire traitant doit donc recourir à des examens complémentaires (radiographique ou échographique) afin d’évaluer la persistance des signes de congestion (oedème pulmonaire ou épanchement pleural) et d’adapter le traitement selon les résultats. Cependant, si l’animal présente une dyspnée restrictive (le plus souvent dans un contexte d’urgence), la diminution de la fréquence respiratoire est un critère simple de suivi de l’efficacité thérapeutique, évitant ainsi toute manipulation excessive de l’animal.

F. Serres

Extrait du Point Vétérinaire 289

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK